ACCUEILLes membresBlog
Rejoins nous

Retour au blog

La gestion nature des limaces - avec Noël Deneuville

Posté le 
5/5/2021
 par 
Roméo Vezo

Les limaces peuvent occasionner de gros dégâts sur les cultures, surtout sur celles de printemps en début de cycle. Il est donc important d’anticiper le risque limaces dans sa stratégie, surtout lorsque l’on cherche à réduire le travail du sol et les intrants.

Après avoir abordé la technique du semis nature technique opportuniste de semis à la volée sans travail du sol, Noël Deneuville nous parle de sa stratégie de gestion des limaces… sans anti-limaces. Sorti d’un historique de pratiques conventionnelles, il a décidé de changer son fusil d’épaule et a commencé à implémenter le semis direct sous couverts vivants il y a une vingtaine d’années. Parti d’une situation avec une forte pression limaces, il a appris à travailler avec la nature pour gérer le problème autrement. 

Dans L’Agronomie & Nous, Noël nous partage 3 points clés à avoir en tête pour aller vers une réduction de la chimie dans gestion de cette problématique. 

Un système de semis direct sous couverts vivants 

Il est important de garder une vision globale de la régulation naturelle qui s’opère dans les systèmes agricoles. En termes de proportion, des études ont montré que l’efficacité de la gestion des ravageurs se fait à 10% grâce à la chimie, à 40% grâce à la sélection variétale et à 50% grâce aux auxiliaires de cultures. Cela permet de souligner l’impact des régulations écosystémiques sur la productivité agricole. 

90% des auxiliaires ont besoin de micro-habitats (haies, bandes enherbées, etc) et d’une diversité de ressources alimentaires pour assurer leur cycle complet de reproduction, contre 50% des ravageurs. Les pratiques culturales jouent donc un rôle essentiel sur le développement des auxiliaires. Aller vers des pratiques d’agriculture de conservation des sols permet d’instaurer une forme de lutte par conservation des habitats des auxiliaires. Le carbone est une des bases de ce processus de régulation. La mise en place de couverts végétaux permet de nourrir le sol, de favoriser l’activité biologique et d’avoir un pool d’auxiliaires comme les carabes qui vont réguler les populations de limaces.

« Au démarrage, j’avais une grosse pression des limaces. Tous les facteurs s’y prêtaient : une part importante de colza dans la rotation, une texture de sol qui préserve l’humidité, l’usage régulier d’insecticides. Historiquement, la problématique limace "gênante" n'est apparue qu'après les premières applications d'anti-limaces . La Nature tient son système en 2 mots : cycle en équilibre. Suite à une réflexion avec Lucien Seguy, j’ai décidé d’arrêter les insecticides pour baser ma stratégie de lutte sur la régulation naturelle. J’ai réduit la sole de colza et ai commencé à mettre en place des techniques de colza associé et de colza leurre ». 

Nourrir les limaces permet de réduire les dégâts sur les cultures 

Noël a commencé à apporter de la nourriture aux limaces pour réduire les dégâts sur ses cultures. L’idée est de rajouter des lots de colza pour accompagner les cultures au moment du semis de blé ou de maïs (4-5 kg/ha selon les conditions), puis de revenir en semer à la volée si besoin. Il ajoute également du soja à hauteur de 40 kg/ha avec le maïs. Les graines de nyger sont aussi très appétentes pour les limaces (mais onéreuses si on ne les produit pas sur place). Quand la culture à semer est du colza, mieux vaut éviter de l’implanter derrière une céréale à paille. Les résidus pailleux fournissent des abris aux limaces contre le soleil et la chaleur. Dans la rotation, mieux vaut implanter le colza derrière une légumineuse. 

« On constate que la limace a une mémoire alimentaire : quand elle est habituée à manger du colza, elle va continuer à manger du colza. Tant qu’il y en a sur la parcelle, l’impact sur la culture en place est réduit. Malgré les pertes, je me suis tenu à ne pas mettre d’insecticides ni d’anti-limaces. Au bout de 3 ans, un équilibre écosystémique s’est établi. Il est important de préciser que je suis dans un système de semis direct sous couverts vivants. Cela ne fonctionne que si le sol est toujours couvert. Si la parcelle est nue, les limaces mangent les graines des cultures. Dans ce cas, il vaut mieux utiliser de l’anti-limaces ». 

Favoriser le démarrage rapide des cultures

Il faut trouver un équilibre dans la date de semis pour mettre toutes les chances de son côté. 

« La période cruciale est au moment du semis. Une fois que la culture est bien développée, la pression limaces a tendance à diminuer. Il faut semer dans des conditions poussantes. J’ai plutôt tendance à retarder mes dates de semis au printemps pour avoir les meilleures conditions. Dans des conditions froides, la culture met du temps à levée, c’est du pain béni pour les limaces. À l’automne, c’est l’inverse. Mieux vaut semer un peu plus tôt pour que les céréales fassent de la biomasse rapidement. À l’arrivée de l’hiver, la pression limaces ralentit ».

La fertilisation joue également un rôle crucial. En sortie d’hiver, les terres sont froides donc le démarrage est lent. Apporter une fertilisation localisée ou starter permet d’optimiser le développement racinaire en augmentant la disponibilité des éléments nutritifs pour les cultures.

« J’apporte des bouchons organiques dans la ligne de semis (100 à 120 kg/ha à 10% d’azote). La teneur en azote est plus faible que des formes d’azote chimique, mais la forme organique améliore l’efficience d’assimilation. De plus, l’azote organique ne gêne pas la germination de la jeune plantule. Je ne suis pas en agriculture biologique, j’apporte aussi de l’azote en plein sur mes parcelles. Je fertilise également mes couverts en sortie d’hiver. Ils se développent, les racines travaillent le sol et activent l’activité biologique. Il est important de préciser que j’ai une texture de sol qui favorise la réserve en eau. L’eau n’est pas un facteur limitant sur mon système. Il faut faire attention à ne pas assécher le sol pour la culture qui suit ». 

Conclusion 

3 points à retenir sur la gestion des limaces sans anti-limaces :

  • Se passer d’anti limaces est un risque qui nécessite des pré-requis. Cela demande une réflexion en amont et une vision systémique dans la stratégie de lutte et les pratiques culturales. 
  • En tant qu’agriculteur, on a indirectement un rôle d’éleveur d’auxiliaires. Nourrir les limaces et protéger les prédateurs des limaces, comme dans la Nature. 
  • La date de semis et la fertilisation starter sont des éléments intéressants à prendre en compte dans la réflexion. 


Rejoins le groupe technique AgroLeague ! AgroLeague, c'est le premier groupe technique dont le suivi est assuré par une équipe d'agronomes. Nos problématiques : pas assez de marges / pas assez de temps. Pour répondre à ces enjeux, on a décidé d'avancer avec une équipe d'agronomes ayant du recul sur d'autres systèmes et on gagne en sérénité. Avec le suivi technique personnalisé, tu travailles main dans la main avec l'agronome de ton secteur. Et ça permet de poser un regard extérieur sur tes problématiques. On avance tous ensemble vers des systèmes plus performants au niveau économique et environnemental. Inscris-toi ici pour organiser un échange avec l’animateur de ton secteur et voir si tu pourrais nous rejoindre.
Tu peux aussi t'inscrire à notre newsletter et demander à rejoindre notre groupe Facebook privé Agriculteurs sur sols vivants et performants !!
Retour blog

pour nous rejoindre

C'est par ici