Blog

Comment choisir sa date de destruction ?

9/5/2022
Partager l’article
Comment choisir sa date de destruction ?

Comment déterminer la date de destruction du couvert pour profiter au mieux des effets du couvert (recyclage d’éléments nutritifs, fixation d’azote, protection du sol) sans que celui-ci ne se transforme en inconvénient pour la culture suivante ?

Couvert végétal hivernal

Les paramètres à prendre en compte

La date de destruction se raisonne en fonction de :

  • L’itinéraire cultural envisagé : quelle est la culture suivante et quel est le mode d’implantation prévu ?
  • La composition du couvert : la part de légumineuses, graminées, crucifères et autres vont influer sur le rapport C/N global du mélange et donc sur la facilité de destruction et la vitesse de restitution des éléments nutritifs ;
  • Le type de sol :
  • Texture et profondeur du sol : influent sur la vitesse de réchauffement et la réserve utile du sol ;
  • Structure de sol : paramètre déterminant pour assurer une bonne implantation de la culture suivante, son appréciation via des tests bêche et/ou profils de sol au télescopique est essentielle pour déterminer par exemple l’utilité d’un travail de sol ;
  • Taux de matière organique : quel est le taux de matière organique ? Est-ce un objectif prioritaire de chercher à le faire remonter ?
  • Éléments nutritifs : cherche-t-on une restitution rapide ou sur le moyen terme pour la nutrition de la culture suivante ?
Représentation schématique des éléments à prendre en compte pour déterminer la date de destruction d’un couvert végétal hivernal

Impact de la date de destruction

Plus le couvert est à un stade avancé, plus le taux de lignine augmente et moins les éléments nutritifs seront libérés rapidement.

Intérêt de la destruction juste avant floraison

La période juste avant floraison est celle où la plante est la plus concentrée en éléments nutritifs.

L’impact envisagé est à court terme :

  • Apport de carbone labile (matière à haute valeur nutritive ou énergétique, non protégée et facilement dégradable par les microorganismes) pour mieux nourrir le sol ;
  • “Priming effect” : surminéralisation de la matière organique du sol après un apport de matière organique fraiche ;
  • Développement d’un pool bactérien dans le sol.

Intérêt de la destruction à maturité

La période après floraison marque l’envoi des éléments nutritifs dans les appareils reproducteurs de la plante et l’augmentation du rapport C/N du couvert.

L’impact envisagé est à moyen-long terme :

  • Développement d’un pool de champignons dans le sol : les lignines nourrissent les champignons, ce qui favorise la stabilisation de la MO.
  • Stockage de MO stable : amélioration de la stabilité structurale du sol et de la résilience du système.

→ La plus grande partie de la matière organique stable vient des racines et exsudats. Il est donc essentiel pour un système agricole d’avoir à la fois de la matière organique labile et stable.

🔎 Une formation AgroLeague est disponible sur cette thématique : sur ce lien.

Le rapport C/N : un indicateur à avoir en tête

Le rapport C/N est un indicateur qui permet d'apprécier l’aptitude de la matière organique à se décomposer plus ou moins rapidement dans le sol.

Impact du rapport C/N sur la dynamique de minéralisation

Plus le rapport C/N augmente, plus la dynamique de minéralisation est lente.

Le graphique suivant, publié dans la revue Perspectives Agricoles, provient d’une étude d’Arvalis visant à montrer l’impact du rapport C/N sur la minéralisation et sur les restitutions que l’on peut attendre du couvert végétal.

L’essai a été mené sur trois types de couverts :

  • Légumineuse en vert (C/N = 12).
  • Légumineuse + crucifère en marron (C/N = 19)
  • Crucifère en orange (C/N = 23).

On peut voir que plus le rapport C/N est élevé et moins l’azote est minéralisé rapidement.

La vesce commune restitue plus d’azote et plus vite que les deux autres.

Deux exemples de calcul des restitutions azotés

Pour un couvert de féverole :

  • Restitutions :

C/N = 13 ; production de 3 tMS/ha ; 42% de C

⇒ 1260 kg de C/ha.

⇒ 1260/13 = 96 kg N/ha restitués.

  • Besoins :

Le sol a un C/N situé entre 8 et 12. Lorsque l’apport de MO sort de cette tranche, les micro-organismes vont aller chercher de l’azote (ou du carbone, plus rare) dans le sol s’il en manque dans le couvert.

Les bactéries consomment environ 30% du carbone restitué.

⇒ 1260*30% = 378 kg C/ha sont ingérés par les micro-organismes du sol.

⇒ En prenant un ratio pour retrouver un C/N de 10, cela donne un besoin azoté de 37,8 kg N/ha à trouver.

  • Bilan positif : 96 - 37,8 = 58 kg N/ha.

Pour un couvert d’avoine :

  • Restitutions :

C/N = 43 ; production de 3,6 tMS/ha ; 33% de C

⇒ 1188 kg de C/ha.

⇒ 1188/43 = 27 kg N/ha restitués.

  • Besoins :

Les bactéries consomment environ 30% du carbone restitué.

⇒ 1188*30% = 365,5 kg C/ha sont ingérés par les micro-organismes du sol.

⇒ En prenant un ratio pour retrouver un C/N de 10, cela donne un besoin azoté de 35 kg N/ha à trouver.

  • Bilan négatif : 27 - 35 = -8 kg N/ha.

Agronomiquement, une destruction juste avant floraison est optimale pour un bon développement des légumineuses

Le graphique suivant, issu des travaux de Francis Rayns, présente l’impact de trois dates de destruction différentes pour un couvert de vesce d’hiver sur les flux d’azote dans le sol.

Disponibilité en azote derrière un couvert de vesce en agriculture biologique (RAYNS, 1996)
  • La courbe rouge représente la modalité “destruction précoce” au 26 mars. On observe un plus comparé au témoin en termes de relargage d’azote. Néanmoins, on note qu’elle reste en-dessous des deux autres modalités.
  • La courbe verte représente la modalité “destruction tardive” le 2 mai : on observe un vrai gain d’azote minéral comparé aux deux autres modalités. Le relargage d’azote de la légumineuse est optimal et le le retour sur investissement en termes de nutrition azotée de la culture suivante est meilleur.

Disponibilité en azote derrière un couvert de vesce en agriculture biologique (RAYNS, 1996)

→ L’approche de destruction du couvert doit toujours rester pragmatique, mais ces chiffres montrent que pour un même couvert initial, le retour en termes de relargage d’éléments est différent selon la date de destruction.

Ne manquez aucun article
Recevez nos dernières publications dans votre boite mail.
S’inscrire à la newsletter
Partager l’article
Articles populaires

| Les autres formations sur ce sujet

No items found.