Blog

Lien pratique avec le terrain - couvert mais

9/5/2022
Partager l’article
Lien pratique avec le terrain - couvert maisLien pratique avec le terrain - couvert mais

Réponse à une recommandation type 1

“Quand et comment détruire le couvert de féverole avant le semis de maïs ?” - dans les Ardennes (08)

Le maïs est une plante qui n'apprécie pas la concurrence au début de son cycle. La taille de sa graine ainsi que sa vigueur au démarrage lui permettent par contre de supporter la présence de résidus.

Plus le couvert sera développé, plus il va fixer d’azote, mais plus il va pomper d'eau dans la réserve utile du sol. Et cela, au détriment du maïs.

Il faut aussi avoir en tête que le couvert ne libérera ses éléments nutritifs (dont l’azote, si précieux cette année) qu'une fois que commencera sa minéralisation et donc après sa destruction. À titre d'exemple : pour une destruction au 15 mars, environ 30% de l'azote de la féverole sera disponible pour le maïs au 01 juin. Plus la date de destruction est tardive, plus ce pourcentage va diminuer.

Il y a donc un équilibre à trouver en fonction des conditions de l'année en fonction du stade de développement du couvert, du type de sol mais aussi des conditions climatiques et notamment de la pluviométrie.

Pour cette année, il peut être donc conseillé de détruire ton couvert 1 mois avant ton semis de maïs afin que la féverole puisse restituer son azote au maïs.

On peut envisager un roulage début avril pour coucher la végétation et faciliter sa dégradation. Cela permettra également d'atteindre plus facilement les éventuelles graminées cachées sous le couvert avec un glyphosate. Celui-ci pourra être positionné au plus près du semis afin de gérer un maximum de vulpins qui auront relevé ou seront accessibles après s'être développés sous le couvert. L'application peut aussi se faire en post-semis prélevée à condition de bien choisir un glyphosate homologué pour cet usage.

Réponse à une recommandation type 2

J’ai semé un couvert de féverole à l’automne dans des repousses d’orge. Je souhaiterais implanter un maïs au strip till dans cette parcelle au printemps. Je pensais mettre une partie de l’urée 3 semaines - 1 mois avant le semis pour éviter une faim d’azote. Est-ce une bonne idée ? " - dans le Lot-et-Garonne (47)

Dans un système travaillé au moment du semis, les résultats d’essais et les retours de membres montrent rarement un intérêt d’une fertilisation avant le semis.

Attention, néanmoins, cela dépend du développement du couvert et notamment de son rapport C/N. Cela dépend aussi de la date de destruction et on te recommande de le faire 1 mois à 3 semaines avant le semis pour avoir la meilleure restitution possible.

Il nous semble donc plus judicieux de garder l’azote pour l’apporter au moment du semis, avec, pourquoi pas une partie en localisé.

Voici pourquoi :

Avec la méthode MERCI (Méthode d'Estimation & Restitutions des Cultures Intermédiaires), on peut estimer les restitutions d'azote des couverts végétaux pour la culture suivante.

Admettons que ce couvert soit bien équilibré entre orge et féverole et moyennement développé (10 t/ha de matière végétale fraîche de féverole par ha et 10 t/ha de matière végétale fraîche d’orge) :• Féverole : 0,14 x 10 t = 1,4 t de MS.• Orge d’hiver : 0,24 x10 t = 2,4 t de MS.

On peut ensuite faire une approximation de la teneur en azote :• Féverole : 0,04 x 1400 = 56 unités de N/ha.• Orge : 0,022 x 2400 = 52,8 UN/ha.

On prend ensuite en compte la racine :• Féverole : 56 x1,3 = 72,8 UN/ha.• Orge d’hiver : 52,8 x 1,2 = 67,2 UN/ha.

La part de carbone dans la plante est stable et représente environ 42 %. On peut alors faire une approximation du rapport C/N dans la plante :• Féverole : 42/4 = 10,5• Orge d’hiver : 42/2,2 = 19,09

Pour un C/N de 10,5 : la restitution potentiel d’azote sur la culture suivante est de 50%.

Pour un C/N de 19,09 : elle est de 40%.

On a donc une restitution potentielle pour la culture suivante en azote de 72,8 x 50%+ 67,2 x 40 % = 63,3 UN.

Avec travail du sol, on estime ensuite cette restitution théorique à une restitution réelle de 50 unités d’azote, car la méthode ne prend pas en compte la mobilisation de l'azote pour la dégradation de la MO.

Sans travail du sol sur l’ensemble de la surface, on diminue encore de 10 à 20 unités, soit environ 30 à 40 unités d’azote qui devraient être disponibles pour ton maïs semé en strip till.

Ce calcul ne prend pas en compte la fixation dans le sol d’azote atmosphérique par la féverole.

Les restitutions d’azote après destruction du couvert suivront approximativement la dynamique suivante :• À 30 jours : 14 UN ;• À 60 jours : 10 UN ;• À 90 jours : 8 UN ;• À 120 jours : 4 UN.

3 points clés à retenir :

Point 1 : Etablir une stratégie claire suivant ses besoins.

Point 2 : Viser le stade floraison des couverts, destruction tardive dans la mesure du possible.

Point 3 : Mettre un couvert végétal ne dispense pas de préserver ses structures

Ne manquez aucun article
Recevez nos dernières publications dans votre boite mail.
S’inscrire à la newsletter