Blog

7 points clés pour sécuriser les levées de colza

Roméo Vezo
Responsable du contenu agronomique
Ravageurs
23/5/2022
Partager l’article
7 points clés pour sécuriser les levées de colza7 points clés pour sécuriser les levées de colza

Avec la moisson 2022 qui approche, nos yeux sont rivés sur les opérations de récolte mais également sur les opérations post-récolte pour assurer les implantations de colza.

Les retours terrain des membres de la League sur les campagnes précédentes le confirment : une combinaison de leviers est nécessaire pour obtenir un colza homogène, robuste et poussant.

Voici une sélection préparée par notre équipe d’agronomes de sept points importants à garder en tête pour donner au colza toutes ses chances de performer.

1 - Apprécier la structure du sol avant semis

L’état physique du sol détermine les conditions dans lesquelles vont se dérouler la germination et la levée du colza. La structure du sol au semis est déterminante pour assurer une bonne implantation car le système racinaire pivotant du colza est très sensible à la compaction du sol à 5 cm.

L’appréciation de cette structure, grâce à la méthode du test bêche, permet d'effectuer un diagnostic rapide de la structure du sol afin de confirmer ou non l’importance d’un travail de sol.

L’idée est d’extraire un échantillon en creusant une tranchée de 30 cm de profondeur et d’observer le bloc : forme des mottes, facilité de désagrégation, porosité, présence de racines, lissage. Une grille de lecture permet ensuite de caractériser l’état structural du sol et d’aiguiller sur la bonne décision à prendre au vu du contexte de la parcelle.

Crédit : Maxime Merchier

2 - Ne pas enfouir les résidus de cultures

Une faim d’azote survient lorsqu’un apport de matière organique avec un rapport C/N trop élevé est enfoui dans le sol. La décomposition par les micro-organismes mobilise temporairement l’azote du sol pour le processus naturel de minéralisation, au détriment de la culture en place.

L’enfouissement des résidus de culture peut potentiellement entraîner une faim d’azote qui peut être préjudiciable au démarrage du colza. Nous recommandons donc, lorsque cela est possible, de ne pas enfouir les pailles/résidus entre la moisson de la céréale et le semis du colza.

Néanmoins, il est primordial d’avoir une bonne répartition des pailles broyées et des menues pailles afin de ne pas “sur”pénaliser le colza sous les andains de la moisson 2022 lorsque le précédent est une céréale à paille.

De plus, une attention particulière doit être portée sur les repousses de céréales qui peuvent être très compétitives vis-à-vis d’un jeune colza. Il est nécessaire de les détruire au stade 1 à 2 feuilles.

Crédit : Baptiste Duhamel

3 - Semer tôt

Un semis précoce après moisson permet au colza de profiter de la fraîcheur résiduelle pour une levée homogène. Dans le cas d'une mauvaise implantation, cela laisse également la possibilité de réaliser un sur-semis dans les semaines qui suivent.

Un démarrage rapide du colza lui permet d’être plus résistant face aux ravageurs. En effet, il est particulièrement sensible aux grosses altises du stade cotylédons jusqu’au stade 4 feuilles (intervalle de temps pendant lequel le colza pousse moins vite qu’il n’est mangé par les ravageurs). Il est donc crucial que le colza atteigne le stade 4 feuilles avant l’arrivée des grosses altises sur la parcelle, généralement vers mi-fin septembre.

⚠️ Plus l’historique d’attaque d’altises est élevé, plus il est recommandé de semer tôt et d’implanter des cultures associées.

Crédit : Émeric Saboureau

4 - Opter pour un mélange variétal avec différentes précocités à floraison

Le choix variétal est un paramètre essentiel. À potentiel de rendement identique, les hybrides sont généralement plus vigoureux que les lignées.

Nous recommandons de semer un mélange de variétés avec des précocités à floraison différentes afin de lisser les impacts des aléas météorologiques.

L'ajout d'une variété très précoce (ex : Alicia) permet également d’atténuer les dégâts des méligèthes au printemps. Cette technique consiste à mélanger une variété à floraison très précoce (de l’ordre de 5 à 10%) avec la variété d’intérêt. La variété précoce est en fleur pendant que la variété d’intérêt est au stade sensible. Les méligèthes se dirigent préférentiellement sur les fleurs ouvertes, réduisant les dommages sur la variété d’intérêt.

Des comptages menés par l’institut technique Terres Inovia pour cette technique ont montré de 2 à 20 fois plus de méligèthes sur les colzas de variété Alicia que sur les colzas de la variété d’intérêt.

Crédit : Damien Pacaud

5 - Semer au semoir mono-graine

Les colzas sont plus souvent implantés au semoir à céréales, même lorsqu’un semoir de précision est disponible sur la ferme. Néanmoins, les meilleures implantations constatées sont souvent celles qui ont été réalisées avec les semoirs monograine.

En effet, ceux-ci offrent une meilleure précision de semis et une meilleure qualité de rappui de la graine. Dans ce cas, il est important de privilégier un écartement le plus faible possible et une densité de semis de l’ordre 25 à 30 grains/m2 en semis direct pur, 20 à 22 grains/m2 en techniques simplifiées.

Crédit : Victor Leguay

6 - Accompagner le colza avec des plantes compagnes

Le colza associé est une technique qui a fait ses preuves et qui peut permettre de gagner en performance sur cette culture à plusieurs niveaux : économique, agronomique et environnemental.

L’idée est d’accompagner le colza avec des légumineuses gélives dans la première partie de son cycle végétatif afin de profiter de leurs services :  amélioration de la nutrition azotée, structuration du sol, réduction des attaques d’insectes, compétition sur les adventices et potentiel gain de rendement.

Avec un semoir mono-graine, il est possible d’ajouter des petites graines via les fertiliseurs ou à l’arrière de l'élément.

Pour aller plus loin sur les intérêts des plantes compagnes et le choix des espèces à associer avec le colza, nous recommandons de consulter le module technique AgroLeague “Mettre toutes les chances de son côté pour réussir les colzas”.

Crédit : Anthony Frison

7 - Anticiper la fertilisation

Une nutrition équilibrée est l’élément clé pour obtenir un colza robuste et poussant.

Anticiper les carences grâce aux analyses de sève dès le stade 2 feuilles et corriger les déséquilibres par des apports foliaires précoces permet d’appuyer la croissance dynamique du colza.

Après avoir interprété plusieurs centaines d’analyses de sève sur colza en 2021 et 2022, notre équipe d’agronome AgroLeague a pu identifier les éléments les plus carencés en début de cycle :

  • Le magnésium (en carences sur plus de 70% des colzas analysés) ;
  • Le bore (en carences sur 50% des colzas analysés) ;
  • Le calcium (en carences sur 40% des colzas analysés) ;
  • Le molybdène (en carences sur 40% des colzas analysés).
Crédit : Anthony Frison

Si tu te poses des questions sur l’implantation de ton colza, l’ajout de plantes compagnes, le pilotage de la nutrition ou la gestion des ravageurs, inscris-toi pour échanger avec l’animateur de ton secteur !

AgroLeague est le 1er groupe technique indépendant en France. En plus de la dynamique de groupe, on met l'accent sur un conseil technique de proximité et personnalisé au service des membres qui souhaitent concilier performance économique et environnementale.

Rejoins la communauté AgroLeague (+900 agris en France et en Belgique) en t’inscrivant sur ce lien pour être rappelé ou en nous contactant au +33 6 44 60 03 99.

Ne manquez aucun article
Recevez nos dernières publications dans votre boite mail.
S’inscrire à la newsletter