Gelées tardives & cultures

AgroLeague
Climatique
9/5/2022
Partager l’article
Gelées tardives & culturesGelées tardives & cultures

Gelées tardives - quels risques pour les cultures ? Quels sont les axes de travail pour limiter les dégâts ?

Généralités :

En biologie végétale, il existe une température minimale (appelée température « critique ») qui doit être atteinte pour qu'une culture subisse des blessures, et dans le cas extrême, sa mort.

Cette température est différente selon les végétaux et dépend de nombreux facteurs comme :

  • L’espèce et la variété parmi l’espèce ;
  • Le stade physiologique ou végétatif ;
  • La vigueur de la plante ;L’état du sol et nature de la couverture végétale ;
  • L’intensité et durée du gel ;Les conditions de dégel ;
  • La présence de nuages et/ou de vent pendant le gel ;
  • Les conditions climatiques durant la phase de dégel.

Plus le stade phénologique de la plante sera avancé (proche de la maturité), plus le risque sera grand (exemple du blé selon Arvalis).

À noter cependant qu'une plante en bonne santé résiste souvent mieux au gel.

De plus, les températures critiques (« seuil de congélation ») nécessaires à l'apparition de dommages varient en fonction du temps pendant lequel elles demeurent au-dessous du seuil.

Par exemple, les bourgeons des arbres fruitiers peuvent être lésés par une température de -2 °C persistant plus de 24 heures, mais peuvent survivre s'ils sont exposés à une température de -6 °C pendant moins de 2 heures. Cela explique pourquoi la température critique d'une gelée de rayonnement ne sévissant que quelques heures en début de matinée peut être plus basse que celle d'une gelée d'advection qui peut se prolonger dans la journée.

Les types de gel :

On parle de journée de gel lorsque la température n’est pas supérieure à 0°C et de gelée lors du contraire. La gelée peut être meurtrière si les températures provoquent des dégâts sur les végétaux.

On fait la distinction entre gel d'advection et gel de rayonnement selon les conditions atmosphériques qui en sont la cause. Le gel d'advection est provoqué par le passage d'une masse d'air froid venue d'une autre région, quand les vents sont relativement forts. Le gel de rayonnement (ou gelée blanche) se produit seulement de façon localisée et par nuit claire et calme.

L’épisode de gel de ce début de mois d’avril 2022 est considéré comme un gel d’advection.

Lutter en amont contre ces gelées :

De manière générale, moins il y a d’eau dans une plante, plus la concentration en sels minéraux et sucres dans les cellules de la plante est élevée. C’est exactement ce qui se passe sur 70 % du globe terrestre car contrairement à l’eau douce, qui gèle à 0°C, l’eau de mer, doit descendre plus ou moins en-dessous de cette température en fonction de la concentration en sel. Une eau avec une concentration en sel de 10 % gèle à -7°C.

La plante sera donc moins vulnérable si il y a peu d’eau en elle et si la concentration en solutés dans les cellules est élevée.

On comprend dès lors que la résistance des plantes au gel est influencée aussi par la nutrition de la plante (la concentration en éléments minéraux dans la sève).

Le gel de la sève à l'intérieur de la cellule (certains travaux mesurent jusqu’à 3 degrés d’abaissement de température) aura lieu à une température plus basse s'il y a une augmentation de la teneur en glucides et de la concentration en certains ions comme comme le potassium, le chlore, le sodium ou le magnésium.

De même, des niveaux élevés d'oligo-éléments, en particulier de manganèse et de bore, mais aussi de zinc, de cuivre, de fer et de cobalt, pourraient permettre une meilleure résistance des plantes à des gelées plus fortes, et ceci dans les jours ou les heures qui suivent l'application. Les pulvérisations d'algues marines ont également cet effet. Les bétaïnes (acides aminés) contenues dans les algues marines notamment joueraient ce rôle dans la résistance des plantes au gel. Une pulvérisation d’urée foliaire additionnelle pourrait baisser le point hygroscopique gelée de quelques degrés.

Une application foliaire d'éléments nutritifs manquants et de sucre en prévision d'un épisode de gel peut donc s'effectuer tout en veillant à ne pas favoriser un apport de minéraux dont la plante n'aurait pas besoin. Dans ce cadre, la connaissance de l'état nutritif de la plante via une analyse de sève permet de limiter le risque.

Quelles conséquences si je suis intervenu récemment dans la parcelle ?

Dans le cas ou l’itinéraire culturale amène la plante à concentrer de l’eau dans ses cellules, un épisode de gel qui suit cette intervention culturale va entraîner plus de dommages.

Cela est le cas avec :

  • L’apport d’un engrais basé sur les nitrates notamment. Leur forte concentration ponctuelle nécessite chez la plante, pour dénitrifier la molécule de nitrate, l’absorption d’une grande quantité d’eau.
  • Une application de produits phytosanitaires qui entraîne un phénomène de détoxification chez la plante qui va induire l’utilisation d’une plus grande quantité d’eau dans ses cellules, comme nous pouvons boire beaucoup « pour nettoyer » notre corps.

Et après ?

En post-gelées et pour rebooster une plante qui a subi un stress, un mélange d’acides aminés, de mélasse et d’algues ou encore des macérations de plantes permettent d’apporter à la plante stressée les moyens de se relever de la période de gel subit. Les acides aminés sont connus pour posséder une grande efficacité nutritionnelle et des propriétés intéressantes en tant que bio-stimulants. Ils augmentent l’assimilation des nutriments et notamment des oligo-éléments, favorisent le développement des micro-organismes et stimulent la résistance aux stress abiotiques comme le gel.

Le mélange suivant par exemple peut être appliqué après l'épisode de gelées dans l'optique de favoriser un redémarrage des cultures serait :

  • 2 L/ha d’acides aminés ;
  • 1 L/ha d’algue ;
  • 100 g/ha de manganèse (soit 1 L/ha en liquide ou 0,5 kg/ha en poudre) ;
  • 30 g/ha d’acide citrique ;
  • 0,5 L/ha de mélasse (préférer la mélasse de canne car elle possède une proportion plus importante de sucres réduits).

Obtenez votre conseil stratégique gratuit
Rejoignez notre communauté pour obtenir votre conseil stratégique gratuit, accéder à nos tours de plaine et échanger avec nos membres.
Se faire rappeler
Ne manquez aucun article
Recevez nos dernières publications dans votre boite mail.
S’inscrire à la newsletter