ACCUEILLes membresBlog
Rejoins nous

Emmanuel

Sarthe

"Mon père a été forgeron pendant 20 ans, puis les pneus ont remplacé les fers à chevaux. Mes parents ont fermé la boutique mais on a toujours gardé les pieds dans l’agricole. Mes grands parents étaient ouvriers agricoles et je passais mes weekends à la ferme. Ma région d’origine est le Pas-de-Calais, région de grandes cultures. Je n’étais pas forcément motivé par la production végétale, du coup j’ai fait un BTS en production animale et je suis arrivé dans la Sarthe où j’ai rencontré mon épouse, avec laquelle je suis installé aujourd’hui. J’ai été embauché par une boutique qui faisait des analyses de sols avant de rejoindre un négoce d’alimentation animale. En 1997, je me suis installé dans la ferme de mes beaux parents.

La spécificité ici, entre agriculteurs, c’est qu’on est dans l’entraide. On se donne des coups de main. C’est ce qui m’a séduit dans la Sarthe, plus que le potentiel agronomique. En 2004, on s’est installé avec des porcs sur paille et des cultures. On s’est posé la question des effluents d’élevage car on ne voulait pas de lisier, puis on est parti sur une station de compostage. 15 ans plus tard, on se rend compte qu’on a pris la bonne décision. On vend du compost sur des régions où il y a des déficits de MO. Sur les 800 à 1000 tonnes de compost qu’on sort à l’année, on en utilise 200 pour nos cultures. A partir de ce moment là, on a commencé à réfléchir à ce que l’on pouvait faire de nos terres. Je ne voulais pas produire mon blé à 70 qtx et vendre à la coop.

Il y a 2 ou 3 ans, on a commencé la réflexion SD et sols entièrement couverts. On était auparavant dans les traditions agricoles les plus classiques : charrue, herse rotative et semoir. On a eu une année d’observation au début. Quand j’ai rejoint AgroLeague, on a fait les analyses, et faire des analyses tournées vers la biologie des sols m’intéressait. On a de la chance car on a beaucoup de MO mais je me suis aperçu que parfois on ne fait pas ce qu’il faut pour bien l’exploiter. Les 3 ou 4 analyses du départ m’ont un petit peu secoué. Le bilan agro n’était pas là où je l'attendais. Quand tu t’amuses à regarder en profondeur, ce n’est pas exactement ce que l’on peut imaginer. On a de grosses amplitudes thermiques, des rendements pas très bons dans le coin. On a fait le choix de ne pas travailler le sol et de semer en place pour avoir plus de résilience. On a une réflexion avec un voisin, qui est aussi membre AgroLeague, pour se grouper et faire des TCO. L’idée n’est pas de travailler chacun chez soi mais de travailler ensemble.

On a aussi créé La Cabane des Producteurs; un tournant dans notre existence. C’est arrivé naturellement avec les producteurs d’à côté. On s’est tous mis en association, et on a loué un hangar dans une zone commerciale. Avant, on vendait chez un boucher qui cherchait des porcs sur paille avec un cahier des charges très spécifique; il les envoyait chez un boucher connu à Paris. Si lui le faisait, on pouvait le faire aussi avec La Cabane. On raconte l’histoire de nos produits, une histoire qui sort des sentiers battus. On est passé en bio au mois de novembre, ça donne une plus value à ce qu’on veut faire. On a des convictions personnelles avec le respect animal et le respect des sols. Faire moins mais de meilleure qualité. Ça a été un déclic. On n’a jamais été production industrielle mais ça a renforcé notre idée. Au travers de La Cabane, il y a une proximité avec les gens, ils veulent discuter et savoir comment ça se passe chez nous. On est devenu une vraie famille en tant que producteurs, il y a un esprit de fraternité. Ça me donne confiance dans mon métier.

AgroLeague a renforcé mes convictions, quand je vois les échanges, je me dis je ne suis pas tout seul. Il faut qu’on soit acteur aussi de ce que l’on va laisser à nos enfants. Je ne voudrais pas qu’on se dise qu’il est trop tard. Ça part de ce concept là. L’objectif aujourd’hui, c’est de vraiment faire quelque chose qui protège la nature et nous aussi, l’espèce humaine. Il ne faut pas scier la branche sur laquelle on est assis. On est à un tournant."


Emmanuel, membre AgroLeague installé dans la Sarthe

No items found.

pour nous rejoindre

Inscris-toi