ACCUEILLes membresBlog
Rejoins nous

Retour blog

Quels amendements organiques pour quelles propriétés ?

Posté le 
6/5/2020
 par 
Loan Wacker

On me pose souvent des questions sur les amendements organiques. Après avoir échangé dessus avec quelques membres j’ai décidé d’approfondir le sujet.

Aujourd’hui j’aimerais vous partager le point de vue de Gérard Ducerf qu’il partage introduction de son guide d’interprétation des plantes. Il permet de d’avoir un aperçu clair et rapide de l’utilisation des différentes matières organiques (déchets verts, fumiers de bovins, ovins, fientes de volailles etc…).

La connaissance de son sol, du ratio C/N, est vraiment importante pour savoir quelle matière organique apporter sur quelle parcelle concentrer ses efforts et quelles quantités apporter.

Les matières organiques végétales

Ce sont des déchets verts, des bois broyés etc… Ces matières organiques ont un ratio C/N très élevé, c’est à dire qu’elles sont très riches en carbone.

Ces matières organiques sont plus ou moins riches en lignine suivant leur provenance (bois broyé, BRF, autre déchets verts). La lignine va stimuler les champignons saprophytes (qui se nourrissent de la matière organique morte) qui sont également très important dans le cycle des nutriments.

En cas de grosses quantités de matières organiques végétales et de déficit de N et de K, ces amendements organiques se transforment en matière organique très stable qui peut être qualifiée de matière organique fossile selon les propos de Ducerf.

Cette matière organique aura donc un rôle structurel dans le sol mais ne sera pas minéralisable par les micro-organismes. C’est notamment cette matière organique que l’on retrouve dans les forêts, les tourbières etc…

Les matières organiques animales

Les composter ou ne pas les composter ?

C’est un débat vieux comme le monde, qui pourrait faire l’objet d’un article à part entière.
Dans son ouvrage Gérard Ducerf penche pour des fumiers compostés. Voici quelques arguments en sa faveur puisé dans les travaux de Bruno Follador.

D’abord, les fumiers sont souvent stockés dans de mauvaises conditions. Ils sont rarement protégés de la pluie qui lessive une grande partie des nutriments. Ensuite les tas volumineux et les fumier stockés mais pas retourné. L’air ne circule pas et ce sont des bactéries anaérobies qui se développent, néfastes à la vie du sol. Enfin le compostage du fumier permet d’éviter la germination de graines adventices dans sur la parcelle épandue.

Les composts de fumiers de bovins

Les compost de fumiers de bovins bien pailleux sont équilibrés en C/N. C’est donc un excellent amendement organique. Ils sont aussi riches en phytohormones qui fonctionnent comme des bio-stimulants.

Les composts de fumiers d’ovins

Ils sont très riches en azote et donc un ratio C/N légèrement faible. Ils sont également alcalinisant plus élevés que des fumiers de bovins donc peuvent être intéressants en sols acides.

Les composts de fumiers de chevaux  

Les compost de fumiers de chevaux ont un ratio C/N élevé et se rapprochent des matières organiques végétales. Ils sont d’ailleurs très complémentaires des fumiers de volailles, d’ovin, ou de bovins.

Les composts de fientes de volailles

Ils sont naturellement très concentrés avec un ratio C/N faible et riches en P et K. Ils sont utiles pour rééquilibrer des sols au ratio C/N élevé par contre leur concentration en P peut occasionner des blocages. Les compost de fientes de volailles contiennent des hormones de mise à fruit.

Dans la pratique on n’a pas toujours le choix des amendements organiques à apporter. Mais connaître leurs propriétés nous permet de les intégrer plus facilement dans le système.

Retour blog

pour nous rejoindre

Inscris-toi