Un ajustement des reliquats sortie hiver est nécessaire avant culture de printemps

Article
9/5/2022
Partager l’article
Un ajustement des reliquats sortie hiver est nécessaire avant culture de printempsUn ajustement des reliquats sortie hiver est nécessaire avant culture de printemps

La majorité des pertes de nitrate par lixiviation a lieu pendant l’interculture

Mesurer les reliquats consiste à mesurer la teneur en azote minéral d'un échantillon de terre pour estimer la quantité d'azote minéral disponible pour la culture en place ou à venir.

En sortie d’hiver, les reliquats sont réalisés tôt en saison afin de piloter la fumure grâce à la méthode du bilan azoté.

Les reliquats dans le sol contiennent une part d’azote sous forme de nitrates (NO3-). Ceux-ci, chargés négativement, sont lixiviables : dans le sol, le complexe argilo-humique, également chargé négativement, ne peut retenir cet ion en cas de forte pluviométrie.

→ Une forte pluviométrie entre la mesure du reliquat et l’implantation de la culture de printemps entraîne nécessairement une perte d’une partie de ces nitrates.

→ Il est important de chiffrer cette perte pour adapter au mieux la fertilisation de la culture de printemps à venir.

Calculer la perte d’azote liée à la lixiviation

→ Cette perte est fonction de la pluviométrie et du type de sol.

Les graphiques présentés ci-dessous, issus de travaux d’Arvalis - institut du végétal, illustrent des exemples d’abaques d’ajustement en fonction de la lame draînante et du type de sol.

  • Sur chaque graphique, trois courbes représentent la part de pertes de NO3- en fonction de la pluviométrie sur un sol saturé, à des horizons différents :
  • Courbe vert foncé : 0-30 cm ;
  • Courbe vert clair : 30-60 cm ;
  • Courbe orange : 60-90 cm.
  • On considère que l’azote est perdu lorsqu’il est descendu en-dessous de 90 cm de profondeur. Sur l’horizon 60-90 cm, on considère que les pertes sont supérieures pour la même pluviométrie comparé à l’horizon de surface.
  • On remarque également que les sols argileux et limoneux retiennent mieux l’azote que des sols sableux ou crayeux.
4 abaques calculés à partir du modèle de lixiviation LIXIM (MARY et al., 1999 - Arvalis)

Évaluer l’impact du drainage sur le reliquat azoté de sortie d’hiver

Prenons comme exemple une parcelle de limon profond (tableau de référence présenté ci-dessous). Les reliquats ont été réalisas sur 3 horizons.

L’analyse de terre indique :

  • 50 kg d’azote minéral dans l’horizon 0-30 cm ;
  • 20 kg dans l’horizon 30-60 cm ;
  • 30 kg dans l’horizon 60-90 cm.

De mi-janvier à mi-février, la pluviométrie a été de plus de 100 mm. On considère que le sol était à la capacité au champ lors du prélèvement et donc que ce cumul de pluies correspond à la lame drainante.

A partir de ces informations, les abaques du Comifer permettent d’estimer les pertes d’azote pour chaque horizon (encadré en rouge).

Quantité d’azote perdu post reliquats en fonction de la pluviométrie (DEGAN, 2021 - Arvalis)

Pour un sol de limon profond, une lame drainante de 100 mm provoque la perte définitive de :

  • 4,2% de N-NO3- de l’horizon 0-30 cm est lixivié au-delà de 90 cm ;
  • 23,7% de N-NO3- de l’horizon 30-60 cm est lixivié au-delà de 90 cm ;
  • 82,2% de N-NO3- de l’horizon 60-90 cm est lixivié au-delà de 90 cm ;

→ On peut donc considérer que la perte d’azote lié à la lixiviation est de 31,5 kg/ha.

→ Ces valeurs permettent de pondérer les valeurs des reliquats azotés pour adapter le plan de fumure des cultures de printemps.

Quantité d’azote perdu post reliquats en fonction de la pluviométrie (COMIFER, 2013)
Obtenez votre conseil stratégique gratuit
Rejoignez notre communauté pour obtenir votre conseil stratégique gratuit, accéder à nos tours de plaine et échanger avec nos membres.
Se faire rappeler
Ne manquez aucun article
Recevez nos dernières publications dans votre boite mail.
S’inscrire à la newsletter