ACCUEILLes membresBlog
Rejoins nous

Retour blog

Les TCO (Thés de Compost Oxygéné) - Comment se lancer facilement ? le retour d’expérience d’Émeric Saboureau

Posté le 
2/12/2020
 par 
Roméo Vézo

Émeric Saboureau est agriculteur installé dans la Vienne. En semis direct depuis 3 ans, il a commencé le thé de compost oxygéné pour aider au départ du semis direct. Le TCO est un liquide issu du processus de compostage riche en matières organiques et en micro-organismes. Il a des effets sur la nutrition des plantes en optimisant l’absorption des nutriments et la croissance des cultures. Il relance la vie microbienne, permet une décomposition active des résidus végétaux par les micro-organismes et donc une amélioration de la structure. Il peut également permettre de pallier certaines problématiques liées à des pathogènes. Il vient aujourd’hui nous partager son expérience sur cette pratique.

Qu’est ce qui l’a convaincu de commencer le TCO ?

Émeric a commencé par faire des essais à petite échelle. D’abord dans son jardin, puis sur du blé avec un pulvérisateur à la main sur des bandes tests. Toutes choses égales par ailleurs, il a remarqué une réelle différence qui l’a convaincu des résultats. « Sur le blé, j’ai pu voir que sur les bandes où j’avais appliqué du TCO, les plantes faisaient plus de photosynthèse. Au visuel, le blé était plus vert, comme si j’y avais apporté 100 unités d’azote et 0 à côté. »

« Quand on commence en semis direct, on a un sol qui ne vit pas beaucoup suite aux pratiques « rudes » qu’il a subi. On a beau faire des beaux couverts, il faut de la vie pour dégrader la matière organique. »

Comment se lancer facilement dans le TCO ?

L’idée est de multiplier les bons micro-organismes présents dans le compost. Dans ce cadre, Émeric recommande d’acheter un lombricompost bien fait. « Tout ce qui est passé dans un intestin de ver de terre est très bon pour le sol. » Pour multiplier les bactéries il faut de l’eau déchlorée à une température de 20°C (eau de pluie, car l’eau du réseau contient du chlore), du sucre (mélasse) et de l’oxygène. Les bactéries que l’on souhaite développer sont celles qui se développent en milieu aérobie, que l’on retrouve en majorité dans les sols. Ceci constitue un point de vigilance : si la fermentation devient anaérobie (sans présence d’oxygène), cela peut entraîner la prolifération de micro-organismes pathogènes potentiellement nocifs pour l’homme. « C’est un processus chronophage. Il est important de suivre les règles pour ne pas créer une guerre bactérienne. Il est facile de créer une bactérie nocive pour l’homme comme e.coli donc il faut faire très attention. »

Concrètement, il faut :

- Une cuve (la capacité du réservoir doit être 25% plus importante que la quantité de solution à contenir).

- Un thermoplongeur pour réguler la température entre 18°C et 20°C.

- De l’eau déchlorée (compter 70 litres pour un volume de 100 litres).

- Un filtre pour bloquer les éléments solides et permettre le passage des micro-organismes et des autres éléments bénéfiques. On veut un TCO totalement liquide pour ne pas boucher le pulvérisateur.

- Un bulleur pour oxygéner la solution.

- Du lombricompost qui va servir de base de souches de bactéries. Le test du cresson pour vérifier la qualité du compost : le cresson est une plante qui pousse dans des ruisseaux de bonne qualité donc très sensible aux maladies. En appliquant le TCO, on voit rapidement les effets sur le cresson. S’il faiblit, le TCO n’est pas de bonne qualité.

- De la mélasse de canne à sucre pure (pas de la mélasse d’alimentation animale car elle peut contenir des éléments nuisibles comme du cuivre, 880 €/t de mélasse). Il faut 3 kg de mélasse pour 1000 L, sur ses essais il en met 150L/ha soit un coût de revient de 0,36 €/ha.

Processus  

- Mettre l’eau déchlorée dans la cuve avec le thermoplongeur et le bulleur (compter 70L d’eau pour 100L de volume). Oxygénation : il faut minimum 15m3 d’air pour 1m3 d’eau. Il faut entre 15 et 20% d’oxygène dans l’eau : 15m3 d’air/heure/m3 d’eau.

- Filtrer le lombricompost dans la cuve (un collant peut faire l’affaire). Mais le mieux est un filtre 400 microns pour éviter de boucher le pulvérisateur. Pour un enrobage de semence cela est pas dérangeant.

- Ajouter la mélasse.

- Laisser fermenter en aérant la solution avec le bulleur.

- Pulvériser le TCO directement sur le sol ou sur les plantes en foliaire. Il peut également s’utiliser en enrobage de semences (1L/quintal de semences). « Le blé imbibe plus que le maïs donc  cela demande nécessairement une adaptation selon le type de semences. Ça ne coûte pas très cher, c’est une base que tout le monde peut mettre en place. »

Le TCO ne se conserve pas, il faut l’appliquer tout de suite après la préparation. Dès lors qu’il n’est plus oxygéné, un monde de bactéries anaérobies se met en place. « Plus on attend, plus on perd en qualité. Cela peut être contraignant si la météo n’est pas adaptée à ce moment. »

Après la fermentation, il faut tout désinfecter pour éviter la prolifération des bactéries anaérobies. Ne pas utiliser d’eau de javel car elle reste sur la paroi des ustensiles. Utiliser du peroxyde d’hydrogène (eau oxygénée). Rincer à l’eau du réseau (un peu de chlore va permettre de commencer le nettoyage), nettoyer à l’eau oxygénée diluée et rincer de nouveau. Tous les TCO contiennent des bactéries, champignons et protozoaires. Les ratios entre ces microorganismes vont être en fonction du temps de fermentation. Au bout de 12 heures, on a développé un pool de bactéries important, on obtient un thé plutôt bactérien. En 18 à 24 heures, on obtient un TCO équilibré au niveau bactéries/champignons. Au-delà de 24 heures de fermentation, on développe plus les champignons, protozoaires et nématodes.

Comment déterminer le temps de fermentation adapté et pour quelles utilisations ?

Les sols agricoles ont besoin de plus de bactéries aérobies et de champignons pour se développer, contrairement aux systèmes forestiers plus axés sur les champignons (plantes annuelles VS arbres). Une application de thé bactérien à l’automne sur le blé 3 feuilles va aider à développer les bactéries qui ne sont pas très actives dans le sol. Cela va aider à emmagasiner les bactéries, qui seront présentes à l’arrivée du printemps pour la minéralisation. « Pour que ça fonctionne bien, il faut que la température du sol soit aux alentours de 12°C. Point de vigilance : ne pas épandre quand il y a des UV sinon on n’obtient pas de bons résultats. »

Le thé fongique se réfléchit en lien avec les couverts. Ceux-ci ont besoin de beaucoup de matière organique pour se développer. Émeric fait du thé fongique quand il incorpore du compost sur ses parcelles, quand il y a de gros résidus de couverts à dégrader ou quand il souhaite semer un couvert sur paille. « Le thé fongique va aider à la dégradation de la paille dans le fond du sillon et va créer un réseau qui va aider à la nutrition de la plantule aux premiers stades. Dans ce cadre, il peut être intéressant de rajouter des champignons dans le TCO pour une meilleure efficacité. »

Faut-il rajouter autre chose dans la préparation ?

« La mélasse sert juste à alimenter les bactéries. Après on peut ajouter plein de choses, il faut juste faire attention à quand on les rajoute. » Émeric rajoute du trichoderma dans son TCO, une souche de champignon qui va jouer un rôle de fongicide naturel pour prévenir les maladies d’origine fongiques sur ses cultures. On trouve cette souche dans le commerce sous forme de spores. Il conseille de rajouter le trichoderma une quinzaine de minutes avant de charger le pulvérisateur. Ne pas l’incorporer directement dans la préparation pour éviter de casser les filaments du champignon, ce qui induirait une perte d’efficacité. De même, ne pas dépasser 1 à 2 bars de pression lors de l’application car une pression trop élevée tue les micro-organismes. Il est possible de rajouter des oligo-éléments. « Il vaut mieux les rajouter au moment où on remplit la cuve du pulvérisateur et pas pendant le processus car les oligos peuvent interférer avec les processus biologiques. » On peut également rajouter d’autres éléments comme des algues, des bio stimulants, des acides humiques et fulviques, etc. selon les objectifs.

Quels changements a apporté le TCO sur son ITK blé ?

Au niveau chimique, Émeric ne fait plus de fongicides, ni d’insecticides. « Un blé en bonne santé ne se fera pas attaquer par les insectes. Appliquer du TCO à l’automne fonctionne très bien pour prévenir les attaques de pucerons. » Il ne fait plus que des applications d’herbicides.

Au niveau nutrition, il met entre 130 et 150 unités d’azote sous forme ammonitrate et d'urée + du compost végétal les premières années pour aider la vie à ce développer, pour des rendements moyens de 55 à 60 qx/ha. L’idée est de limiter au maximum les intrants chimiques car ça acidifie le sol et trop d’azote tue les micro-organismes du sol. Rouler le couvert et apporter un TCO fongique permet une meilleure dégradation de la matière organique. Au niveau de la problématique des adventices graminées (vulpin, ray grass), il a vu une différence depuis qu’il utilise du TCO. Ces plantes aiment les milieux anaérobies. Ces plantes cultivent des bactéries anaérobies. En amenant des bactéries aérobies, ça va les créer un milieu défavorable à la croissance de ces adventices.

Concernant la problématique des limaces, il n’a pas vu de différence. Lui apporte un anti limace 3 semaines avant les semis (slux). C’est un produit biologique qui n’a pas d’effet néfaste sur les auxiliaires de cultures.

Conclusion

Les quatre points importants à retenir sur le TCO sont les suivants :

- Les TCO peuvent s’utiliser en enrobage de semences, en foliaire ou être restitués au sol.

- Ils sont un moyen d’améliorer la germination, de relancer la vie microbienne, d’améliorer la structure du sol et la résilience face au stress hydrique.

- Les TCO ne se conservent pas, il faut les appliquer immédiatement après la préparation. Ils ne conviennent donc pas à tous les systèmes de production.

- Il est important de suivre les règles pour ne pas créer de bactéries nocives.

Les analyses de sol axées fertilité biologique utilisées chez AgroLeague mesurent des indicateurs sur la santé des sols et la vie biologique. Dans ce cadre, Émeric a eu de très bons résultats : il fait partie des membres ayant le plus d’activité biologique dans son sol.

Les TCO constituent un levier intéressant en agriculture de conservation. Ils permettent, comme le semis direct, de prendre soin de ses sols et de l’activité biologique.

Retour blog

pour nous rejoindre

Inscris-toi