ACCUEILLes membresBlog
Rejoins nous

Retour blog

Les macérations de plantes en grandes cultures : quel rôle, quels résultats ? - le retour d’expérience de Stéphane Billotte

Posté le 
9/12/2020
 par 
Roméo Vezo

Avec les membres AgroLeague, on organise deux réunions téléphoniques par semaine sur des sujets techniques. Aujourd’hui, on va aborder les grandes lignes de l’échange avec Stéphane Billotte sur son retour d’expérience sur l’usage des macérations : intérêt, préparation, stockage, utilisation, application et résultats d’essais. 

Stéphane Billotte est agriculteur dans l’Yonne en système grandes cultures. Il pratique l’agriculture de conservation depuis une quinzaine d’années et est en conversion bio depuis 2018. Les macérations sont des préparations naturelles à base de plantes. Booster la croissance, déplafonner les rendements, stimuler les défenses naturelles des plantes... les effets des macérations sont multiples. 

Préparation et stockage


Une macération se fait via une fermentation. On va extraire les principes actifs contenus dans une plante; ce qu’on appelle en agronomie, les métabolites secondaires. Parfois copiés par la chimie pour leurs vertus sur les cultures, les macérations contiennent une certaine diversité de ces molécules. Dans une macération, on retrouve des oligo-éléments sous forme chélatée et des micro-organismes qui vont favoriser l’assimilation de ces éléments.


Processus de préparation pour le purin d’ortie :

  • Cueillir des orties fraîches. Stéphane conseille de garder les plantes entières. « Broyer les orties n’est pas forcément nécessaire car les principes actifs sont particulièrement contenus dans les feuilles. Ce qu’on cherche c’est à enrichir notre bouillie de principes actifs. Quand on broie les tiges on met aussi le jus de la tige. Quand on met la plante entière, il n’y a que les feuilles qui se dégradent et on retire les grands brins de paille. Éviter de les broyer, c’est mieux. » 
  • Débuter la fermentation : 100 kg d’ortie pour 1000 litres d’eau (règle des 10% pour fabrication et application). Point de vigilance : ne pas prendre de l’eau chlorée du réseau. Si possible, monter la température à 30°C dans le conteneur va permettre d’accélérer le processus.
  • Il est possible d’ajouter de la mélasse avec acides aminés pour booster la fermentation (2,5 L/1000 L MAX). 
  • À 30°C MAX, 4 ou 5 jours de fermentation suffisent. Pas besoin d’oxygéner l’eau, ce n’est pas un thé de compost oxygéné. On ne cherche pas à être en milieu aérobique. 
  • Filtrer et stocker dans des conteneurs à l’abri de la lumière.


Comment intégrer les macérations dans l’itinéraire cultural sur grandes cultures ?


Itinéraire type : 3 applications pour avoir le maximum d’effets positifs.


1 - Enrobage 

On peut commencer à utiliser les macérations par enrobage de semences pour augmenter la vigueur au départ et donc le taux de germination. Dose : 1L/quintal de semences en pur.

« On peut désinfecter au vinaigre ou au peroxyde hydrogène avant enrobage pour éviter la présence de pathogènes dès le départ. » Stéphane recommande de faire un test de germination : mettre les graines dans un bocal fermé avec du sable et de l’eau. Si il y a présence d’un pathogène, il va se manifester à la germination. Si on ne constate pas de développement de champignon, il n’y a pas nécessairement besoin de traiter les semences.

Il y a 3 ans, alors qu’il manquait de semences pour son semis de soja bio, il a dû aller en chercher chez un agriculteur de la zone. Toutes conditions réunies égales, il a observé une mauvaise levée de ces semences. Il a donc fait un test de germination pour comparer un témoin en semences pures et semences enrobées avec macération. « Sans macération, rien n’a levé à cause de la présence d’un pathogène. Avec macération, la levée a été de 70%. La macération a limité l’impact du pathogène. » Point de vigilance si l’on décide de désinfecter avec ces produits, des mauvaises pratiques peuvent entraîner de mauvaises expériences. 

2 - Stade 3 feuilles (automne)

Passer 10 à 12 jours après désherbage : 5 litres de purin d’orties et 5 litres de macération de consoude pour viser des effets sur le sol. Point de vigilance: ne pas mélanger la macération avec un autre produit de synthèse. Toujours laisser 10 à 12 jours après intervention pour revenir avec des macérations. T°sol>9°.

« Chaque passage de produit de synthèse va avoir un effet oxydant sur les cultures. On ne peut pas donner un coup de boost à la plante alors qu’elle est en train de se défendre, ça peut l’épuiser. Il faut vraiment attendre 10 à 12 jours après intervention pour appliquer la macération. En bio, ou si on ne fait pas d’intervention derrière, il est possible d’appliquer la macération un peu avant (stade 1 ou 2 feuilles). »

Une plante en bonne santé a un certain équilibre redox. Les applications de produits de synthèse vont avoir tendance à oxyder la plante et donc à la stresser. « Une plante malade cherche elle-même à s’oxyder pour se défendre d’une maladie par suroxydation. Un fongicide va oxyder la plante de manière assez violente. Pour revenir à son état d’homéostasie, la plante va repasser par un état de « maladie » si on l’exprime dans un tableau avec un gradient de millivolt. C’est un cercle vicieux si on a une maladie et qu’on applique un fongicide. L’application d’antioxydant 12 jours après intervention va aider la plante à revenir à son état d’homéostasie. Il y aura donc moins de chance que la plante retombe malade. » 

Stéphane ne conseille pas de passer avant semis car derrière vient un désherbage d’automne, indépendamment de la technique d’implantation. « Même une application à toute petite dose va stresser la plante. Je me souviens d’un essai herbicide sur colza à 0,2 L/ha de Novall. Même là, on a eu des attaques d’altises sur tout le champ au stade cotylédon. On a dû passer avec de l’insecticide, tandis que les zones témoin qui n’avaient pas été désherbées ne présentaient aucune trace de présence d’insectes. »

« Si on ne vise que l’effet sol en semis direct, ça peut être fait avant. Ça aura un effet sur la dégradation des pailles. Il faudra tout de même une période pluvieuse pour que ça descende bien dans le sol s' il y a un paillage. On peut également rajouter 0,5 L de petit lait (vitamine B12), surtout en système sans élevage, pour appuyer les effets de l’humification. C’est un moyen assez simple et peu coûteux d’intégrer la vitamine dans le sol. » 

Pour cette application, Stéphane rajoute du bore (octoborate de de sodium). Particulièrement soluble, il contribue par son équilibre et son assimilation rapide à la prévention des attaques d’insectes. « On crée de la santé pour la culture. »

3 - Sortie d’hiver 

On reprend les mêmes ingrédients. Il faut attendre que le sol se soit un minimum réchauffé (9-10°C). « En sortie d’hiver, s’il n’y a pas eu d’agression de champignons sur la culture, ça peut attendre le stade dernière feuille étalée. Si on risque de partir sur une période de sec, ne pas utiliser l’ortie mais de la bardane. Riche en potasse, elle va aider la plante à réguler ses stomates par rapport à la sécheresse. Par anticipation, on a observé des différences par rapport à l’ortie. Si les conditions sont suffisamment humides, le purin d’ortie fera l’affaire. »

Même en situation bien pourvue, Stéphane a l’habitude de rajouter du cuivre et du manganèse (10 à 15 g/ha pour chaque) pour prévenir l’apparition de l’ergot. Jusqu’à épi 1 cm, cela permet une bonne valorisation de la formation de l’épi. Il remet également de l’octoborate de sodium sur crucifères et légumineuses. Cela dépend des conditions, ça se pilote de manière très précise avec les analyses de sève.

On peut rajouter de la mélasse ou acides humiques et fulviques pour multiplier les effets par des produits naturels. Certaines huiles essentielles peuvent être également envisagées à une dose de 5 mL/ha, pas plus sinon on va stresser la plante. 

« Les conditions d’application sont plus importantes que le stade de la plante. La macération est un produit vivant. Un ensemencement de micro-organisme dans de mauvaises conditions va avoir des effets réduits. »

Protocole :

- Première question : état de la plante (stressée ou saine). Si la plante est stressée ou en train de se défendre, attendre de meilleures conditions. Chimie ou huiles essentielles pour intervenir. 10 à 12 jours après seulement on peut revenir avec la macération.

- Utiliser les analyses de sève pour ajuster les éléments nécessaires.

- Température du sol : minimum 10°C.

- En règle générale, une macération c’est minimum 10% de la bouillie, qui peut se décomposer en 2 fois 5%.

Protocole applications macérations (c) Stéphane Billotte

Résultats d’essais : impact sur sol, plantes, résultats technico-économiques ?

Les résultats portent sur 25 essais au champ. 

Stéphane a tout d’abord remarqué des effets sur son sol via les analyses. « En semis direct on gagnait 0,1% de matière organique par an. En moyenne, avec des macérations, en dépit d’un léger travail du sol car étant en bio, je suis obligé de faire un passage pour scalper avant le semis, j’ai multiplié ce chiffre par 3. »

Il a effectué un essai où il a comparé un produit censé booster la plante au niveau racinaire, pour un coût de 75€/ha, avec une macération ortie-consoude. Résultat : meilleure agrégation, meilleure vie du sol. Les éléments d’un sol biologiquement fonctionnel étaient présents. Il a vu une réelle différence avec le témoin : « La bêche ne rentrait pas à plus de 3-4 cm. »

Il a passé plusieurs années en semis direct strict. Mais rester en SD certaines années l’obligeait à augmenter les doses d’herbicides ou d’engrais, tandis qu’un léger travail du sol pouvait régler le problème. Pas dogmatique, Stéphane va au plus économique et au plus respectueux de la vie du sol. « Sachant que toute intervention agricole a des effets, c’est toujours une histoire de compromis. »

Ensuite, Stéphane a observé une augmentation générale des rendements en utilisant les macérations. « À chaque fois, par rapport à la modalité chimique pure, on a constaté un déplafonnement du rendement. Les macérations ont aidé la plante à exprimer son potentiel. C’est un produit d’équilibre naturel. »

Comparaison des essais sur blé : 

  • Témoin : 61,5 qx/ha
  • Modalités avec 3 applications de macérations : 67,5 qx/ha
  • Modalités avec applications de fongicide : 67 qx/ha 
  • Modalités où il a jugé utile de faire un passage de fongicide puis application de macération 12 jours après : 68 qx/ha

Synthèse d’essais en blés à haut potentiel : 

  • Témoin : 92 qx/ha
  • Modalités avec application de macérations : 116 qx/ha (pas seulement réservé aux petits potentiels). 


Points de vigilance :

—> Pression d’application : une pression trop élevée va avoir un impact négatif sur les micro-organismes. Il faut passer avec une pression de pulvérisation d’1,8 à 2 bars, pas plus haut. De plus, la buse a tendance à oxyder la macération : moins on monte en pression, moins on micronise la préparation, moins on oxyde.


—> Le rinçage du pulvérisateur est très important. Il faut minimum un nettoyage complet avant de mettre la macération. L'idéal est de laisser un après midi en plein soleil car les UV cassent les molécules de synthèse.


—> Trop booster la plante peut la fragiliser. « Le but n’est pas de demander à la plante de produire plus, mais de l’aider à atteindre son potentiel de production. Souvent, on a observé que les meilleurs résultats, c’est là où il y a peu de différence visuelle avec le témoin. Il faut aller jusqu’au rendement. Des fois, les résultats visuels peuvent être trompeurs. C’est « l’effet vert »  dû à un excès en azote ou en fer, les plantes sont vertes et exubérantes. Au final cela peut pénaliser le tallage ou le remplissage d’une céréale. C’est flatteur mais ça peut parfois être contre-productif. »


Conclusion 

Ce qu’il faut retenir sur les macérations :

  • Les macérations stimulent la croissance en apportant des oligo-éléments et des micro-organismes.
  • Elles permettent d’aider la plante à retrouver un état d’homéostasie après un événement stressant (d’origine climatique ou humaine).
  • Les applications sur plantes malades ou stressées sont plutôt affaiblissantes. Il faut les appliquer au bon moment. 
  • On ne mélange surtout pas une macération avec un produit de synthèse (on diminue les effets de l’un et de l’autre). 
  • Les macérations se stockent très bien dans de bonnes conditions, contrairement aux TCO. 

On a vu que les macérations sont des outils très performants si bien utilisés pour stimuler les défenses ou relancer la croissance des plantes. Stéphane recommande cependant de commencer à utiliser les macérations sur des essais. « Ne pas trop rajouter d’éléments d’un seul coup, sinon on risque d’être perdu dans les effets. Y aller doucement et durablement, faire des essais, observer et aller en s’améliorant. » 


Tu veux en savoir plus sur AgroLeague et pourquoi pas nous rejoindre ? Inscris-toi ici.


Retour blog

pour nous rejoindre

Inscris-toi