Le pâturage des couverts d’interculture par un troupeau ovin : un partenariat gagnant-gagnant

Roméo Vezo
Responsable du contenu agronomique
27/5/2022
Partager l’article
Le pâturage des couverts d’interculture par un troupeau ovin : un partenariat gagnant-gagnantLe pâturage des couverts d’interculture par un troupeau ovin : un partenariat gagnant-gagnant

Si vous n’avez pas de bêtes, faites-vous les prêter”, exprime Cédric Cabrol, membre AgroLeague dans le Tarn (81) qui pratique le pâturage de ses couverts végétaux par un troupeau de brebis sur sa ferme, convaincu des intérêts de la technique sur son système.

Le pâturage des couverts d’interculture par les ovins est une pratique innovante qui se développe sur les fermes d’élevage, mais également entre agriculteurs sous forme de partenariats gagnant-gagnant pour réduire les charges à la fois sur les ateliers ovin et céréalier.

Quels sont les bénéfices potentiels pour les animaux et les agriculteurs ainsi que les points d’attention à garder en tête pour une bonne gestion du système ?

Crédit : Cédric Cabrol

Une alimentation de qualité à moindre coût pour le troupeau

Le premier avantage de ce partenariat pour le troupeau est de pouvoir disposer d’un aliment de qualité à coût réduit, la pâture étant la ration la plus économique.

La biomasse produite par un couvert estival performant, lorsque les conditions climatiques sont favorables, est équivalente à celle d’une prairie après la moisson des céréales. Il produit de la biomasse pour les animaux durant cette période sèche où les prairies produisent généralement peu. Il est inutile d’ajouter du concentré ou du fourrage à la ration, ce qui évite d’utiliser du stock pour nourrir les animaux. Par ailleurs, cela confère aux pâtures un temps de repos plus long, ce qui permet une meilleure reprise au printemps.

En termes de qualité, les couverts végétaux offrent aux animaux de bonnes valeurs nutritives. En 2019, Arvalis - Institut du végétal a évalué les valeurs nutritives d'une vingtaine de couverts végétaux utilisés en interculture sur une station expérimentale en Loire-Atlantique (44).

Selon cette étude :

  • Les valeurs énergétiques des couverts s’élèvent en moyenne à 0,76 UFL/kg MS ;
  • Les valeurs azotées des fourrages sont en moyenne à 74 g/kg MS PDIE et 97 g/kg MS PDIN, avec une grande variabilité selon les plantes et leur stade physiologique.
  • Les couverts semés en août et exploités en novembre présentent des valeurs nutritives élevées lorsqu’ils sont exploités avant les stades floraison ou épiaison.
  • Avec 111 g PDIE/UFL et 195 g PDIN/UFL en moyenne, les légumineuses sont en tête des protéines digestibles à moindre coût.
  • Les associations graminées/légumineuses sont bien valorisées par le troupeau.
Valeurs énergétiques et azotées des 17 couverts végétaux utilisés en interculture (ARVALIS, 2019)

Accélérer la minéralisation est un avantage en système d’agriculture de conservation des sols

Côté céréalier, les avantages agronomiques sont d’abord ceux liés à l’implantation des couverts végétaux : couverture du sol, protection contre l’érosion, gain de matière organique, recyclage des éléments nutritifs, gestion de l’enherbement, structuration du sol et stockage de carbone.

En pâturant, le mouton permet de transformer la biomasse verte en matière organique avec un rapport C/N plus faible. Azote et autres éléments fertilisants sont restitués au sol, contrairement à une fauche, sous une forme plus rapidement assimilable par la culture suivante. Cette accélération du recyclage des éléments nutritifs est un vrai plus pour la nutrition de la culture et la dégradation des matières organiques. Le troupeau détruit ainsi le couvert et fertilise le sol sans en impacter la structure, tout en économisant un passage mécanisé pour détruire le couvert (gain économique).

D’après un article rédigé par Frédéric Thomas paru dans le magazine TCS n°115 portant sur cette pratique, les animaux conserveraient moins de 20% des éléments qu’ils ingèrent pour leur croissance. Environ 75 à 85% des éléments nutritifs du couvert sont donc restitués au sol par les déjections et urines (qui sont riches en azote sous forme d'urée).

Ces éléments se retrouvent pour la plupart sous des formes immédiatement disponibles. Cet aspect présente un avantage particulièrement intéressant pour les systèmes avec des pratiques d’agriculture de conservation des sols où la minéralisation est réduite par la diminution voire suppression du travail du sol. Cela peut permettre par exemple un démarrage plus rapide des cultures de printemps.

Crédit : Jérôme Gallois

Des points d’attention dans la mise en place de la technique

Le premier point de vigilance de cette pratique est lié au surpâturage, qui peut créer de la compaction de surface en cas de gestion non-adaptée du système.

Il est recommandé de mettre en place une gestion dynamique du pâturage adaptée à la taille du couvert et aux conditions météorologiques : le temps de présence des animaux sur la parcelle se calcule en fonction de la biomasse présente et du nombre de bête dans le troupeau. Cette gestion peut être chronophage.

⚠️ La zone de confort des brebis est comprise dans un intervalle de températures entre -8°C et 25 °C. Elles peuvent donc pâturer sur des couvert végétaux gelés.

Le deuxième point d’attention concerne la matière organique. D’après Frédéric Thomas, contrairement aux éléments nutritifs qui sont restitués à plus de 80% via les déjections et urines, une grande partie du carbone est valorisée sous forme d’énergie pour le métabolisme des animaux. Il considère que plus de 50% repartent dans l’atmosphère sous forme de dioxyde de carbone via la respiration et qu’environ 20% restent comme constituants (gain de poids et production). Cela laisse donc moins de 30% du carbone ingéré qui est restitué au sol dans les déjections, ce qui représente à première vue une perte.

Néanmoins, réaliser des apports massifs de matière organique à fort rapport C/N ne permet pas à lui seul de faire grimper les taux de matières organiques des sols. En effet, la matière organique stable, donc non-dégradable, est issue de la matière organique labile. La fraction labile de la MO facilement dégradable stimule la vie microbienne qui, en se développant, produit des molécules organiques qui s'accumulent et se stabilisent dans le sol pour devenir de la MO stable.

La quantité de carbone total restituée au sol après le passage par l’estomac d’un ruminant n’est donc pas similaire à celle d’un système sans pâturage. Mais cette pratique ne semble pas constituer un frein à l’objectif de remonter les taux de matières organiques lorsqu’elle est bien gérée, bien au contraire.

Crédit : Cédric Cabrol

Pour plus d’informations sur cette technique, un tour de plaine AgroLeague axé sur cette thématique a été filmé chez Émile et Pascal Drouvin, membres AgroLeague dans la Somme (80). La vidéo est disponible sur la chaîne Youtube d’AgroLeague : sur ce lien.

AgroLeague est le 1er groupe technique indépendant en France. En plus de la dynamique de groupe, on met l'accent sur un conseil technique de proximité et personnalisé au service des membres qui souhaitent concilier performance économique et environnementale.

Rejoins la communauté AgroLeague (+900 agris en France et en Belgique) en t’inscrivant sur ce lien pour être rappelé ou en nous contactant au +33 6 44 60 03 99.

Rejoignez AgroLeague
Les agronomes AgroLeagues vous donnent un conseil personnalisé pour prendre les meilleurs décisions sur votre ferme. Accéder à nos tours de plaine et rencontrez des agriculteurs qui font face aux mêmes problématiques que vous.
Echangez avec un animateur
Ne manquez aucun article
Recevez nos dernières publications dans votre boite mail.
S’inscrire à la newsletter
Partager l’article
Rejoignez la communauté !
Merci! Votre email est bien enregistré
Une erreur s'est produite lors de l'envoi, merci de réessayer.
Articles qui pourraient vous intéresser

| Les autres formations sur ce sujet

Découvre tous les modules de la formation :

No items found.
No items found.