Christophe l Manche

AgroLeague
Ceux qui cultivent
9/5/2022
Partager l’article
Christophe l MancheChristophe l Manche

“Mes parents étaient éleveurs laitiers dans la Manche (50). 

Après avoir suivi une formation mécanique et un BTS ACSE, je suis parti voyager dans différents pays où j’ai pu voir d’autres approches de l’agriculture. Ayant été formé à l’approche productiviste, j’étais formaté à cette vision des choses. 

J’ai réalisé au fil de mes voyages qu’il était possible de cultiver différemment. J’ai pris conscience que notre modèle nous rendait vulnérables vis-à-vis de l’extérieur. 

En système conventionnel intensif, nous étions tributaires d’un côté des prix des intrants (GNR, engrais, phytos) et de l’autre des cours des matières premières et prix des productions animales, sans avoir la main sur aucun des deux. La variable d’ajustement, c’était nous !

Réduire la dépendance aux intrants 

J’ai repris la ferme familiale en 2000. C’était une ferme laitière classique en système intensif labour avec comme principales cultures le maïs, l’orge et le soja. 

Les premières mesures que j’ai prises visaient à réduire ma dépendance vis-à-vis des intrants, surtout pour gagner en autonomie alimentaire pour le troupeau. 

J’ai travaillé sur la fertilisation organique en augmentant les capacités de stockage sur l’exploitation. L’objectif était de ne plus être tributaire de la capacité des fosses et de pouvoir les apporter au moment opportun. 

La réduction du travail du sol a démarré dès mon installation. Le passage en TCS a été progressif, jusqu’à l’arrêt total du labour en 2005. 

Des couverts végétaux ont été intégrés à l’interculture hivernale (composés à 80% de légumineuses - trèfle, vesce, féverole - et 20% de graminées - avoine brésilienne, seigle fourrager). Ils sont récoltés et servent à l’alimentation du troupeau. Depuis peu, je me permets d’en restituer une partie pour enrichir les sols. 

La féverole a été ajoutée à la rotation pour viser une meilleure autonomie protéique et, plus récemment, la betterave fourragère a également été mise en place. Grâce à l’intégration de la betterave dans la ration, le taux protéique du lait s’est amélioré de trois points et le profil sanitaire des vaches s’est amélioré. 

Démarrer les premiers semis en direct en 2021

Pour moi, le semis direct est la suite logique après les TCS. 

Cela fait deux ans que je travaille sur le dossier. Récemment avec le groupe de la CUMA, nous avons investi dans deux semoirs de semis direct : un Gaspardo et un Primera. 

Les semoirs sont arrivés en juillet 2021 et j’ai réalisé mes premiers semis en direct à l’automne. J’ai semé de l’orge d’hiver et des couverts végétaux avec le Primera. Je suis plutôt satisfait du résultat de la première année. 

AgroLeague est le partenaire privilégié de ma ferme 

J’ai découvert AgroLeague en 2020 en lisant un article de blog. La vision de l’agriculture qui y était présentée me correspondait donc j’ai demandé à être rappelé. Le fonctionnement m’allait tout à fait donc j’ai rapidement rejoint la communauté. 

C’est un groupe dynamique avec des agriculteurs curieux, qui ont envie d’améliorer leur système et d’échanger sur leurs pratiques. En participant à des tours de plaine, j’ai pu rencontrer des producteurs dans la même démarche que moi. Je m’en suis inspiré notamment pour réussir mes premiers semis en direct, avec l’appui technique de Grégory Bariller, agronome sur mon secteur. 

Beaucoup de producteurs laitiers sont extrêmement dépendants des achats extérieurs. Je pense que la filière élevage est celle qui souffre le plus de la hausse des coûts des intrants car les prix des productions animales n’ont pas augmenté dans les mêmes proportions que ceux des céréales. Avec le cours des engrais azotés qui flambent, certains éleveurs sont complètement dépités. 

Aujourd’hui je suis 100% autonome en fourrages et à 90% en protéines. J’ai réduit mes IFT par deux. J’ai réduit le travail du sol. J’ai optimisé la nutrition de mes cultures. Tout cela me permet de « garder ma part quand la taille du gâteau diminue ».

Je suis heureux d’être agriculteur et de pouvoir vivre de mon métier !” 

Christophe Lemonnier, membre AgroLeague dans la Manche (50)

Rejoignez AgroLeague
Les agronomes AgroLeagues vous donnent un conseil personnalisé pour prendre les meilleurs décisions sur votre ferme. Accéder à nos tours de plaine et rencontrez des agriculteurs qui font face aux mêmes problématiques que vous.
Echangez avec un animateur
Ne manquez aucun article
Recevez nos dernières publications dans votre boite mail.
S’inscrire à la newsletter
Partager l’article
Rejoignez la communauté !
Merci! Votre email est bien enregistré
Une erreur s'est produite lors de l'envoi, merci de réessayer.
Articles qui pourraient vous intéresser

Ceux qui cultivent | Les autres formations sur ce sujet

Découvre tous les modules de la formation :

No items found.
No items found.