Présentation des principaux semoirs à disque sur le marché

Article
9/5/2022
Partager l’article
Présentation des principaux semoirs à disque sur le marchéPrésentation des principaux semoirs à disque sur le marché

Cette formation vient en complément du **précédent module technique** sur le choix du semoir en agriculture de conservation.

Cette fois, un zoom sera fait sur les semoirs à disques. Nous répondrons à une question récurrente des agriculteurs qui souhaitent aller vers du semis direct :

“Dans ma transition en semis direct, je vais investir dans un semoir SD. Les concessionnaires me proposent différents semoirs à disques. On retrouve des mono disques droits, disques inclinés, doubles disques, triples disques. Avez vous des retours sur ces semoirs ? Quelles sont les différences ?”

Baptiste Duhamel, agronome chez AgroLeague sur le secteur Centre-Ouest, présente dans ce module les caractéristiques des différents types de semoirs de semis direct (à disques et à dents) et partage des éléments essentiels à prendre en compte pour le choix et le réglage du semoir.

On estime un besoin de puissance d’environ 20 chevaux par mètre linéaire.

Exemple : pour un semoir de 3 mètres, on estime qu’il faut 60 à 80 CV, pour une consommation moyenne lors d'un semis de 4 à 6 L/ha.

On retrouve quatre familles de semoirs à disques

- les mono-disques ;

- les double disques ;

- les triple disques ;

- les disques inclinés.

Les semoirs mono disque

On retrouve sur cette configuration de semoir :

- Un seul disque ouvreur - trancheur.

- Un soc pour déposer la graine par derrière et garder un sillon ouvert lorsque la graine tombe.

- Une roulette de rappui de la graine dans le fond du sillon, qui sert de “coup de pouce du jardinier” (comme on peut l’évoquer avec des semoirs monograine) pour assurer le contact sol-graine et améliorer le taux de germination.

- Une roulette de fermeture de sillon. Comme option à la place d’une roulette, il est possible de trouver une languette qui sert à maintenir la graine dans le fond du sillon sans avoir l’effet d’appui sur la graine.

- Un système de réglage de la profondeur de semis.

- Au niveau des roues de fermeture, existe l’option des roues crantées à la place des roues lisses qui trouvent leur intérêt notamment dans des contextes de sols argileux. L’effet “fer contre terre” établir une pression plus forte et donc possiblement moins de problématiques de fermeture de sillon qu’un effet “terre contre terre”.

Élément semeur de l’Avatar Horsch

Quelques exemples de semoirs mono disque que l’on retrouve :

- John deere (750 A) : fabriqué depuis plus de 25 ans avec une base provenant des USA (grandes largeurs qui ont été adaptées au modèle européen plus étroit).

- Horsch (Avatar) : fabriqué en Allemagne, il possède un système similaire au John Deer. Principale différence : l’angle du disque diffère de 1°.

- Sky (Easy drill) : différent sur le principe. Système de tandem similaire à un semoir de précision betterave oignon : le disque est supporté par une première roue devant et une roue de fermeture. Positionné sur deux points, la profondeur de semis est plus constante que les autres systèmes. Les conditions d’utilisation sont différentes, notamment dans des contextes pluvieux en terres à tendance limoneuse. Des précautions doivent être prises pour ne pas replomber la ligne de semis et créer un fossé qui peut entraîner le pourrissement des graines en cas de pluviométrie (phénomène récurrent sur ce semoir).

Les semoirs double disques

On retrouve sur cette configuration de semoir :

- 2 disques qui ouvrent le sillon (en forme de V).

- Roues de jauge positionnées sur les côtés pour maintenir la profondeur de semis et d’ouverture.

- On retrouve une curette pour éviter que la roue ne se remplisse et que la profondeur varie.

- Derrière : même système de fermeture et de rappui de la graine sur le sillon.

Exemple de semoir double disques :

Semeato : importé en France il y a plus de 20 ans, semoir mécanique, reprend les mêmes principes qu’un semoir monograine avec double disques trancheurs et roues de jauge sur les côtés pour maintenir la profondeur de semis.

Les semoirs triple disques

On retrouve sur cette configuration de semoir :

- Système dépareillé avec un premier disque ouvreur/trancheur pour ouvrir le sillon et système de double disques qui vont faire le semis. Ces double disques sont gérés par la roulette.

- En d’autres termes, on garde la ligne de semis d’un système simplifié auquel a été ajouté un disque devant qui sert de trancheur pour couper la matière et faciliter l’introduction des double-disques derrière pour maintenir la profondeur de semis.

- On va avoir moins de pressions sur la rampe de semis : c’est pour cela qu’a été ajouté le premier disque pour dégager la matière. Le disque est ondulé :

- Disque avec plus d’ondulation : on travaille moins le sol, on est sur un disque trancheur

- Disque avec moins d’ondulation : plus large, dégagement sur la ligne de semis plus importante.

Quelques exemples de semoirs triple disques que l’on retrouve :

Kuhn SD - Great Plains
Les semoirs à disques inclinés

Système plutôt atypique pour le semis direct.

On retrouve sur cette configuration de semoir :

- Système avec 2 disques inclinés : un disque crénelé et un disque plutôt lisse derrière.

- On parle de “disques inclinés” à partir du moment où l’on a >10° d’angle.

- Les disques tranchent, la graine est déposée dans le flux derrière.

- La roue sert de fermeture et de jauge.

Quelques exemples de semoirs à disques inclinés que l’on retrouve :

WeavingSly BossAurensan

Avantages et inconvénients

Voici un tableau qui fait le lien entre les capacités des différents types de semoirs à disques et les éléments de contexte sur la ferme :

Rejoignez AgroLeague
Les agronomes AgroLeagues vous donnent un conseil personnalisé pour prendre les meilleurs décisions sur votre ferme. Accéder à nos tours de plaine et rencontrez des agriculteurs qui font face aux mêmes problématiques que vous.
Echangez avec un animateur
Ne manquez aucun article
Recevez nos dernières publications dans votre boite mail.
S’inscrire à la newsletter