ACCUEILLes membresBlog
Rejoins nous

Retour blog

Les analyses de sol avec Loan Wacker

Posté le 
6/1/2021
 par 
Roméo Vezo

Pour les trois premiers articles de l’année 2021 de L’Agronomie & Nous, nous allons rentrer dans le détail du fonctionnement du suivi technique et agronomique personnalisé AgroLeague que nous mettons en place chez les membres de la League. 

L’agronomie a beaucoup évolué ces dernières années. Nous avons désormais des technologies simples et abordables qui nous permettent d’aller beaucoup plus loin dans la compréhension des systèmes intégrés sol-plantes. Cette compréhension nous donne des clés en main pour prendre des décisions adaptées aux conditions locales et aux objectifs de production. Le but étant d'allier la performance économique à la performance environnementale. 

Mesurer pour comprendre et agir. Notre approche se base sur des analyses de sol et des analyses de sève AgroLeague. Dans ce premier article, nous aborderons les analyses de sol AgroLeague. Quelles sont ces analyses ? Pourquoi les utilisons-nous et quels résultats nous permettent-elles d’obtenir ? Loan Wacker, co-fondateur d’AgroLeague et responsable du pôle agronomie, nous éclaire sur les tenants et aboutissants de ces analyses de sol. 

 

Loan, peux tu revenir sur l’historique des analyses de sol utilisées dans la méthode AgroLeague ?

Quand on parle d’analyses de sol, on ne sait pas exactement à quoi on se réfère. Il en existe plusieurs types et on a parfois tendance à se perdre. Il faut comprendre que tout est lié à la fertilité dans le sol. 

Il existe 3 types de fertilité :

  • Fertilité physique : un sol qui fonctionne normalement est composé de 50% de terre, 25% d’air et 25% d’eau. C’est la base d’un sol et probablement la première source d’échec que l’on voit chez les membres qui essaient de réduire leur travail du sol sans avoir une stratégie complète. Des mauvaises propriétés physiques (sols qui se referment, qui se croûtent, qui se compactent) entraînent une mauvaise capacité d’infiltration de l’eau et de l’air. C’est le premier élément qui n’est pas pris en compte dans les analyses classiques. 
  • Fertilité chimique : tous les équilibres entre les nutriments. N, P, K, oligo disponibles dans le sol, pH, redox, etc. C’est ce sur quoi toutes les analyses dans l’histoire de l’agriculture se sont penchées. 
  • Fertilité biologique : découverte il y a quelques années, elle est en fait prédominante. Pour qu’un sol soit fertile, il ne suffit pas d’avoir un sol qui laisse passer l’air et l’eau avec des bonnes propriétés chimiques mais également une bonne activité biologique. Ce type de fertilité est lié aux 2 précédents car l’activité biologique a besoin d’humidité, d’air et d’un équilibre chimique pour se développer. La fertilité biologique va influer sur les équilibres chimiques, va rendre disponible des éléments pour la plante.

Le premier constat que l’on fait est que les analyses de sol classiques se focalisent sur un seul type de fertilité : la fertilité chimique. Celle-ci n’est pas forcément représentative du potentiel de performance de la parcelle. Pour exemple, les agronomes de l’équipe ont parfois des retours des nouveaux membres qui ont fait des analyses classiques sur parcelles ayant des problèmes de fertilité. Malgré des indicateurs au vert dans les résultats des analyses, la parcelle ne marche pas comme elle devrait : mauvais rendements, mauvaise dégradation des résidus de cultures, mauvaises performances.

On a donc cherché d’autres méthodes d’analyse. 

La méthode Albrecht-Kinsey est un peu plus poussée et complète que les autres car elle prend en compte les équilibres chimiques du sol, donc les phénomènes de blocage que l’on peut avoir. Elle est intéressante car elle permet de mieux comprendre la nutrition de la culture. Cependant, elle se base encore sur la fertilité chimique du sol. On passe encore à côté de la fertilité biologique. De plus, on l’a trouvé parfois décorrélé de ce qu’on peut observer dans la réalité en fonction du type de sol. 

Ensuite, nous avons essayé de travailler avec d’autres laboratoires français qui font des analyses de sol plus complètes qui prennent en compte la fertilité biologique du sol. Ces analyses sont basées essentiellement sur 2 indicateurs : la biomasse microbienne et les différents types de matières organiques. C’est intéressant mais il n’y a pas de bases de données conséquentes sur ces analyses et elles sont très onéreuses. 

Nous sommes donc allés chercher ailleurs. En allant aux Etats-Unis rencontrer des agriculteurs qui travaillent sur le « no-till » (« non travail du sol » en français), gros mouvement américain lié à l’agriculture régénératrice et à l’agriculture de conservation, nous avons vu que ces agriculteurs utilisaient un test très populaire aux Etats-Unis depuis 5 ans. L’avantage de cette analyse est qu’il est abordable en termes de coût et focalisé sur les paramètres de fertilité biologique du sol. On se sert de ces paramètres pour mieux comprendre et appréhender la fertilité chimique du sol. C’est donc une analyse qui va permettre d’appréhender 2 des 3 types de fertilité : biologique et chimique. En plus de cette analyse, on va aussi mesurer la texture granulométrique pour appréhender la fertilité physique du sol et la quantité totale de chaque élément disponible dans le sol. Ces tests combinés à des visites terrain sur les parcelles nous permet d’avoir une compréhension globale du sol avec ses paramètres physiques, chimiques et biologiques. 

Comment fonctionne ces analyses et quelles en sont les utilisations ?

Ces analyses permettent de mesurer les paramètres physico-chimiques généraux du sol (pH, texture du sol, matière organique et ratio MO/ argile), la fertilité biologique du sol (activité biologique, différents types de carbone dans le sol, rapport carbone soluble / azote soluble), la disponibilité de l’azote dans le sol (différents types d’azote par forme et leur disponibilité pour la culture), les macro-éléments (P, K, Mg et Ca) et les oligos-éléments.

Le premier indicateur est le potentiel d’activité biologique du sol et la biomasse microbienne.

Le laboratoire va sécher l’échantillon pour stopper l’activité biologique puis va la relancer dans des conditions optimales d’humidité et de température. Il va mesurer pendant 24 heures la production de CO2 par l’échantillon de terre. Les micro-organismes du sol respirent donc produisent du CO2. En mesurant ce CO2, on arrive à avoir une indication du potentiel d’activité biologique du sol et de la biomasse microbienne qui est présente dans le sol.

Le deuxième indicateur est la diversité des types de matières organiques et la disponibilité du carbone pour les micro-organismes.

Il faut savoir que la matière organique est composée de carbone. Une partie est très stable et une autre très peu stable (fraction labile). La fraction stable va jouer sur le complexe argilo-humique donc influer sur les propriétés mécaniques du sol, sur la capacité du sol à infiltrer de l’eau, sur les propriétés de rétention des éléments, le pouvoir tampon, etc. Par contre, ce type de matière organique ne va pas servir de nutrition aux microorganismes car elle met du temps à se dégrader. La fraction labile quant à elle est composée d’éléments organiques solubles dans l’eau. C’est la nourriture de la microbiologie du sol. 

Les déséquilibres sont fréquents. 

Quand on parle de « matière organique bloquée », c’est qu’on a de la matière organique très stable mais peu de carbone labile donc peu d’activité biologique. C’est ce que j’expliquais en parlant des analyses classiques où tous les indicateurs sont au vert mais les rendements sont bloqués. 

Quand on parle de « faim d’azote », qu’on a une mauvaise dégradation des résidus, cela vient généralement d’un déséquilibre en carbone et azote. Dans la fraction labile de la matière organique, il peut y avoir des déséquilibres entre le Csoluble et le Nsoluble. On regarde ce qui est soluble dans l’eau car c’est la partie utilisable par les micro-organismes.

Le test qu’on utilise permet de comprendre ces phénomènes à l’échelle de la parcelle et de bien séparer ces deux cas de figure et d’identifier les types d’action à implémenter. 

Ensuite, le test permet de mieux comprendre l’azote dans le sol. Il y en a une partie sous forme minérale, communément appelée reliquats azotés (sous forme nitrate ou ammonium), et une autre partie sous forme organique. La plante va facilement pouvoir utiliser l’azote minéral. Le problème est d’une part que ces formes sont lessivables, et d’autre part qu’elles demandent beaucoup d’énergie et d’eau à la plante pour les assimiler. Le test permet une appréhension globale de l’azote : 

  • Azote minéral : en fonction du type de sol on va pouvoir estimer le lessivage qu’il va y avoir sur les reliquats azotés donc quelle fraction de ceux-ci la culture va pouvoir valoriser.
  • À partir de l’activité biologique, du ratio C/N et de cette fraction organique soluble de l’azote, il nous fait une prévision de l’azote qui devrait se minéraliser pour les prochains mois.

 Quelles en sont les applications ?

Un exemple très concret est le suivant : si on a détruit un couvert de féverole au printemps, il y aura probablement peu de reliquats azotés mais beaucoup d’azote sous forme organique qui sera disponible pour la culture. Dans ce cas, l’analyse va permettre de bien appréhender l’azote sur la parcelle : estimation du reliquat azoté que l’on va pouvoir valoriser et modélisation de l’azote sous forme organique disponible pour la culture qu’on va prendre en compte pour le programme de nutrition.

Quand on part sur une démarche de sols vivants, on cherche à avoir le moins de reliquats possible et le plus d’azote disponible pour la plante. Plus on va dans cette direction, plus on réfléchit les apports et les formes d’azote.

De la même façon, le test va donner une approximation des fournitures du sol en P et K disponibles sous forme organique. Si on vient de détruire un couvert, une analyse de sol classique ne va pas donner les éléments sous forme organique que l’on peut prendre en compte pour la culture. 

Le test prend-il en compte les oligo-éléments ?

Cette analyse nous permet d’appréhender tous les oligo-éléments sauf le bore et la silice. C’est une question de laboratoire : la verrerie utilisée par le laboratoire contient du bore et de la silice, cela fausserait les résultats. Il faudrait utiliser du matériel en plastique.

Pour mesurer les oligo-éléments, il y existe plusieurs types de solvants. Ce test utilise un solvant qui s’appelle H3A, c’est un mélange de plusieurs acides qui sont très faibles. L’objectif est de reproduire l’effet d’une racine : quand une racine cherche à absorber des éléments, elle va sécréter des exsudats racinaires légèrement acides pour solubiliser les éléments. Le test reproduit ce phénomène : c’est du biomimétisme ! Ça nous rapproche de la réalité de la fonction de la racine de la plante. Ça nous permet d’approximer ce que la plante va être capable d’absorber, la disponibilité des éléments vue du sol.

 

Conclusion 

Nous avons choisi cette analyse de sol car c’est de loin le meilleur rapport qualité/prix sur le marché des analyses. Il permet d’avoir une appréhension globale de la fertilité du sol avec des paramètres de fertilité biologique et chimique du sol qui nous permettent d’en faire une interprétation compréhensible et actionnable pour les membres. Il permet de bien comprendre l’azote dans le sol, donc d’établir des plans de fumure adaptés. 

On s’en sert comme base pour travailler sur la relation sol-plante : l’idée est de mettre en relation ce test avec des analyses de sève. On obtient une véritable mine d’information sur le fonctionnement du sol et de la plante, sur la santé de la plante, sur les phénomènes de redox et sur l’anticipation des maladies fongiques et de la sensibilité aux ravageurs. 

C’est en comparant les deux côte à côte que l’on arrive à pousser la compréhension du système. C’est un énorme travail qui s’ouvre à nous et nous sommes très contents de pouvoir faire ce travail avec les membres. 

 

Tu veux en savoir plus sur AgroLeague et comment nous pourrions travailler ensemble sur les problématiques de ta ferme ? Inscris-toi ici et nous te rappellerons pour discuter. 

 

——————————

 

Vous êtes de plus en plus nombreux à nous suivre, à lire nos articles, à  vous intéresser à comment cultiver différemment. Pour cela, je tiens à vous dire un grand merci de la part de toute la communauté AgroLeague ! Je vous souhaite une très bonne année 2021, pleine de réussite dans tous les domaines de votre vie. Prenez soin de vous et de vos proches. À la semaine prochaine pour parler plus en profondeur des analyses de sève.


Retour blog

pour nous rejoindre

Inscris-toi