ACCUEILLes membresBlog
Rejoins nous

Richard

Nord

"J'ai démarré dés l’âge de 15 ans et demi à l’école des mousses. Puis après 7 ans de marine nationale, j'en suis sorti pour une bonne raison : deux ans avant, mon père, agriculteur, s'était modernisé (de l'étable entravée à la salle de traite). J'ai vu le métier sous un autre jour.

En 1980, je me suis installé en GAEC avec mon père. On avait déjà une centaine de vaches. Trois ans après mon frère Eric nous a rejoint. Je n'avais aucune formation agricole mais j'aimais bien me former.

Ça s'est passé comme ça jusque dans les années 90 (mon père est décédé en 89), où je me suis associé avec mon beau-frère Denis.On a réunit les 2 fermes. Puis en 98, c'est la mise en conformité. On a fait une salle de traite rotative posée sur l'eau (Rotaflow). Comme je dis, je suis parti dans la marine, je suis revenu sur le plancher des vaches et nous avons mis les vaches sur le bateau. Aujourd'hui, le GAEC, c'est 4 associés (+ Didier hors cadre familial) et 5h30 de traite par jour pour 9000L/jour en moyenne avec 320 vaches. On vient de terminer la construction d'une méthanisation de 170 kw - le moteur a été inauguré cette semaine. On espère bien être de plus en plus vertueux.

Mon bébé, c'est aussi FaireFrance. On l'a créé avec le directeur de Fairebel, "faire rebelle". Ce n'est pas qu'en faisant des revendications que les choses avancent. Les choses avancent en faisant ce que vous faites aussi avec AgroLeague. Tu te prends en main, tu cherches les gars qui savent faire et qui te suivent. On a démarré FaireFrance, et Emmanuel Vasseneix de LSDH a été le seul à nous recevoir. Il ne faut jamais reculer devant une rencontre comme ça. Avec 536 agriculteurs, FaireFrance est né, l'idée étant de remettre les agriculteurs devant les consommateurs; pour que les consommateurs n'oublient pas que c'est nous qui les nourrissons et surtout pour ne pas que les agriculteurs oublient de faire ce que demandent les consommateurs. Revenir comme il y a 60 ans mais avec les moyens d'aujourd'hui. On fait de la valeur ajoutée locale avec transformation sur place et après ça  part dans les magasins avec beaucoup moins de transport.

C'est là que rentre en jeu la vie du sol : il faut comprendre la vie du sol pour pouvoir être agriculteur demain. Quand tu es agriculteur, on te dit : tu laboures, tu sèmes tu pulvérises - il n'y a rien de plus simple que ça. Et puis quand on te dit : et bien non, il faut que tu regardes ton sol, comment ça pousse, comment la vie arrive et là ça devient plus compliqué car il faut se remettre en question. Au début, on a essayé de ne plus labourer pour aller plus vite. Puis on s'intéresse à plus de choses au fur et à mesure. Il y a 5 ans, on a commencé le blé en semis direct. L'année dernière, c'était une année loupée. Et quand tu loupes une année, c'est difficile de se motiver pour continuer. Il faut regarder pourquoi on s'est planté. C'est peut être aussi parce qu'on s'y est mal pris ? On voit aussi que quand il pleut, nos terres ne sont pas noyées. Les sols absorbent l’eau comme une éponge. En plus en année sèche, nos maïs tiennent plus longtemps. Et tout ça, c'est grâce aux vers de terre. C’est du bon sens, ils travaillent pour nous, et ne nous coûtent pas cher.

Avec AgroLeague, l'expérience des uns amène les autres à suivre. L'avenir a toujours été dans le groupe. L'homme est grégaire. Dans la préhistoire, l'homme s'organisait pour aller chasser en groupe. Et bien il n'y a rien de changé, c'est la même chose aujourd'hui.

Il faut reprendre son métier en main. Après, il ne faut pas tout remettre en question. On ne peut pas comparer l’après-guerre à maintenant. Il fallait nourrir les gens. Aujourd'hui, il faut faire ce que les autres ne savent pas faire, ne veulent pas faire et ne peuvent pas faire."

Richard, membre AgroLeague installé dans le Nord

No items found.

pour nous rejoindre

C'est par ici