ACCUEILLes membresBlog
Rejoins nous

François

Gers

"En tant que fils d'agriculteur, le chemin est toujours un peu tracé. J'ai toujours dit que je voulais être viticulteur et reprendre l'exploitation familiale. Du coup, c'est ce qui s'est passé. Mon père est décédé lorsque j'avais 11 ans, l'exploitation est restée en indivision jusqu'à mon installation en 2000 après avoir fait un BTS viticulture/oenologie. J'ai une particularité, c'est que je suis viticulteur mais pas vigneron. Je ne m'occupe que de la vigne, de la plantation jusqu'à la maturité du raisin.Il y a quand même tout un panel de métiers au sein de l'agriculture qui sont intéressants; de l'agronomie, de la physiologie végétale, de la comptabilité, du social, de l'entraide…

Quand j'ai repris, je me suis inscrit dans le schéma de la viticulture locale classique. Ensuite, assez rapidement, ma première pratique agroécologique ou agronomique, va être de faire des couverts. Ça a été ma porte d'entrée sur les nouveaux modèles. Et puis après, le déclic s'est produit lorsqu'on a fait des profils de sols sur ces parcelles, et que l'on s'est rendu compte que le sol était bien plus beau, plus vivant. On a bien vu tout l'intérêt des couverts même en viticulture. On est sur des sols limono-sableux qui ont tendance à être battants, à se fermer, à se tasser et l'angle de travail couverts/sols a été vraiment un levier pour améliorer nos pratiques. Au fur et à mesure de formations, de réunions, tu rencontres des gens qui bousculent les choses, qui tapent dans la fourmilière. Tu ouvres alors d'autres portes, tu apprends d'autres choses et ça te fait beaucoup évoluer.

Je fais beaucoup d'essais et d'expérimentations, c'est assez moteur au final de chercher. Quand tu fais des choses comme ça, on te demande souvent de faire des retours d'expérience, et sur les 10 dernières années, de fil en aiguille, je me suis retrouvé à faire de la formation pour d'autres viticulteurs dans des coins différents. C'est plus simple car tu ne viens pas avec une recette mais tu viens avec tes pratiques, et tu discutes de leur situation en essayant d'extrapoler et d'identifier des leviers. C'est intéressant socialement et culturellement car tu te nourris des pratiques des autres aussi. Et puis ces 3 dernières années, je fais de la formation dans un CFPPA, auprès de BTS en viticulture/oenologie. L'échange, la transmission, le partage, sont des choses auxquelles j'aime me confronter. Faire bouger les lignes aussi, car parfois tu provoques des réflexions.

En rejoignant AgroLeague, ce qui m'intéressait, c'était le réseau grandes cultures parce que je m'en inspire beaucoup. Mais aussi la proximité et le discours plutôt neutre, car il n'y a rien à vendre à part de faire avancer les choses dans le bon sens. Je me suis servi du coup de l'expérience et du support qu'AgroLeague pouvait m'apporter sur les analyses de sève par exemple. Également sur la pertinence pour travailler sur des choses qui ne se font pas trop en vigne et transposer ce qui se fait de novateur en grandes cultures. Fertilisation, désherbage, thés de compost, macérations, on travaille sur ce qui permet de potentialiser le sol. La vigne représente 5% de la SAU française, donc ça va quand même parfois moins vite que les grandes cultures. L'innovation et l'expérimentation sont intéressantes car elles te font sortir d'une certaine routine.

Si on va plus loin, ce qui me motive, c'est d'arriver à diminuer les intrants. La vigne reste une culture avec beaucoup de traitements phytosanitaires. Mécaniquement on fait beaucoup de passages, dans des conditions parfois compliquées. Donc agronomiquement, on est dans un système qui ne marche pas bien. Du coup, on se dit que ce n'est pas possible de perdre toute résilience. On se focalise beaucoup sur le sol car on sait que quand on va avoir un sol équilibré, vivant, alors forcément le végétal qui sera dessus se portera mieux.

Mon métier, je le vois évoluer vers des aspects plus communautaires, moins esseulés. Tout seul, c'est difficile et tu subis beaucoup. Je le vois plus collaboratif, soit avec des collègues qui ont la même vision que toi, soit avec des partenaires, des salariés qui sont plus investis. C'est plus facile pour tout le monde; pour les patrons car ils peuvent déléguer avec confiance et pour les salariés parce qu'ils sont plus heureux de venir travailler, de trouver de l'intérêt et de porter des projets."

François, membre AgroLeague installé dans le Gers

No items found.

pour nous rejoindre

Inscris-toi