Hubert Charpentier : pourquoi l'innovation dans l'agriculture est-elle si lente ?

Retranscription textuelle de l'interview vidéo d'Hubert Charpentier :

L'absence de contraintes en France

Premier critère qu’on a pas sous les tropiques : on est trop riches chez nous ou trop subventionnés

Quelque fois, on innove en fonction d’une contrainte.

Vous verrez sous les tropiques : des gars qui cultivaient 200 et ils perdaient tout leur sol par érosion. 

Ben ou tu changes ou t’est mort ! T’as pas le choix.

Chez nous il y a encore des gens dans certaines régions qui font 120 quintaux de blé qui arrivent à vivre de leur agriculture en conventionnel. Il faut le dire

Ce qui est de moins en moins vrai, car aujourd’hui il faut prendre en compte 2 facteurs essentiels:

+ L’aléa climatique qui est train d’augmenter énormément (la fréquence)

+ La fluctuation des prix du marché

Rendement maximal ou minimum de charges ?

La conclusion c’est de dire :

+ soit je recherche le rendement maximum

+ soit le minimum de charges

Le rendement, on s'en fout !

Le discours que j’ai aujourd’hui, c’est que le rendement je m’en fous totalement.

Tu me dis “j’ai fait 55 quintaux de blé” ?
Moi je m’en fous…même à 55 quintaux je gagne du fric ! Pour moi c’est le plus important.

Pas de charges... tu crains rien.

Le climat est pas bon ? Les prix se cassent la gueule ?

Tu gagnes du fric quand même...Et ça c’est confortable !

Articles récents