Analyser son sol pour réussir ses débuts en SD ? Interview d'Anthony Quillet

Voici quelques points clés à connaître son sol pour réussir sa transition en SD

Faire un profil de sol en pleine végétation

Faire un profil de sol dans la végétation permet d'observer l'enracinement de la culture et de vérifier qu'il n'y ait pas de problème de semelle ou de compaction sur la parcelle.

Faire une analyse physico-chimique si cela n'a jamais été fait

Analyse physique : Connaître la texture du sol, soit le taux d'argile, de limon et de sable. Ce n'est utile que si ça n'a jamais été fait.

Chimique : Pour s'assurer que le pH est autour de 7 et vérifier qu'il n'y ait pas un excès, de manque ou de blocage d'éléments nutritifs.

Le taux de matière organique : Il ne suffit pas de connaître son % de MO. Vérifier le taux de MO stable, libre et extractible à l'eau ainsi que les rapports C/N est important pour comprendre le potentiel de développement biologique de son sol et son comportement

Activité biologique du sol :

Soit l'activité biologique est élevée : Risque de minéralisation rapide et fort besoin en matière organique extractible à l'eau

Soit activité biologique est faible : Dans ce cas limiter les perturbations du sol et enrichir celui-ci en matière organique permettra de faire décoller l'activité biologique.

Si le taux de matière organique est élevé mais que l'activité biologique est faible ?

C'est le cas des sols réduits ou asphyxiés comme dans les tourbières. Des apports volumineux de compost sur une courte période peut causer le même effet. Dans ce cas le risque de faim d'azote pour la culture est élevé.

Le Haney test dans tout ça ?

En plus de mesurer les critères chimiques classique d'une analyse de sol, le Haney test nous permet de faire un état des lieux de l'équilibre du sol, et de suivre des indicateurs clés de performance de la fertilité biologique du sol. Pour en savoir plus, cliquez ici

Articles récents